'O Céu É Velho Há Muito Tempo', le nouvel album du Brésilien Lucas Santtana, vient de paraître. C'est un disque intime et généreux, poétique et politique, qui raconte le Brésil d'aujourd'hui autant que les émotions de son auteur. Un album ancré dans son époque avec une musique des années 1950 : la bossa nova.

Lucas Santtana a 49 ans. En un demi-siècle, il a donc connu la dictature et la démocratie, qui a conduit à l’élection de Lula comme à celle de Jair Bolsonaro. Aujourd’hui, Santtana puise dans une musique inventée encore à une autre époque. Il n’était pas né. C’est la bande-son du Brésil de la fin des années 1950 : la bossa nova. En choisissant la bossa nova, Lucas Santtana rend hommage à João Gilberto, disparu le 6 juillet 2019. 

Gilberto a inventé la bossa dans sa voix il y a plus de 60 ans et sa philosophie reste plus que jamais d’actualité : murmurer pour mieux se faire entendre dans un monde qui hurle, prendre une voix douce pour chanter la vengeance, comme c'est le cas dans le refrain de la chanson "Brasil Patriota". La vengeance de la nature contre ceux qui la ravagent.

Santtana se moque d’un Brésil surtout uni quand l’équipe nationale de football marque un but. Dans une interview qu’il a accordée au journal Le Monde, il présente son album ainsi : 

Mon disque dresse le portrait d’un Brésil inquiet, où l’on se porte du réconfort entre ami·e·s, entre amant·e·s, entre parents.

Il n’y a quasiment pas de percussions sur les 10 morceaux de l’album. Un disque politique qui adopte le rythme de la flânerie. Une fille de la classe moyenne y dialogue avec un garçon des favelas. C’est leur amour pour une musique du Nordeste, le forró, qui les unit. Le résultat s'intitule : "Meu Primeiro Amor", un duo entre Lucas Santtana et la chanteuse brésilienne Duda Beat.

Lucas Santtana chante son pays et sa vie intime. Il écrit sur la corruption et la violence dans un morceau, et sur la chaleur d’un souvenir amoureux dans le suivant. Mais le dispositif reste le même : une guitare et sa voix, qui existe dans toutes ses nuances. On entend son sourire franc, on le sent s’assombrir. On voit son visage en l’écoutant.

Dans la chanson "Não Vamos nos Desgrudar Nunca Mais", il parle d’une femme qui lui manque. Il y a cette scène où elle soulève son t-shirt, dévoile sa poitrine et la fleur noire qu’elle y a tatouée. Une guitare, un homme, et le silence.

Pour aller plus loin

O Céu É Velho Há Muito Tempo, nouvel album de Lucas Santtana, a paru sur le label No Format.

  • Légende du visuel principal: 'O Céu É Velho Há Muito Tempo', nouvel album de Lucas Santtana, a paru sur le label No Format © José de Holanda
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.