La chanson "The Ballad of Lucy Jordan" méritait son épisode dans la liste de Rebecca Manzoni, ce titre figure dans "Broken English". En effet, en 1979, Marianne Faithfull, icône pop des années soixante, prend sa revanche sur la vie et sort cet album qui signe sa renaissance !

Marianne Faithfull en 1979, à la sortie de son album "Broken English"
Marianne Faithfull en 1979, à la sortie de son album "Broken English" © Getty / Merry Alpern / Corbis / VCG

(Cette émission est une nouvelle diffusion de celle du 08/11/2019)

Un titre qui pour beaucoup fait immanquablement penser à "Thelma et Louise", le road movie de Ridley Scott, qui aurait pu s'appeler "la ballade sauvage de Thelma et Louise".  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L’héroïne du titre, Lucy Jordan., rêvait d’une autre vie que celle d’une femme au foyer en banlieue. Mais elle sait que c’est foutu.

At the age of thirty-seven she realised she'd never   Ride through Paris in a sports car with the warm wind in her hair.   So she let the phone keep ringing and she sat there softly singing   Little nursery rhymes she'd memorised in her daddy's easy chair.    

A l'âge de 37ans, elle se rendit compte que jamais   Elle ne traverserait Paris dans une voiture de sport, un vent tiède lui soufflant dans les cheveux   Alors elle laissa le téléphone sonner et elle s'assit tout en chantant doucement   De petites comptines qu'elle avait mémorisées dans le fauteuil de son papa.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

The Ballad of Lucy Jordan paraît en 1979. Marianne Faithfull n’a plus rien à perdre. Pendant 15 ans, la presse anglaise s’est repue de sa liaison avec Mick Jagger, de son parcours de fille bien née qui finit dans la drogue, dans l’alcool et dans la rue. Dans Marianne Faithfull, fleur d'âme, le beau documentaire que Sandrine Bonnaire lui a consacré en 2018, Marianne Faithfull explique l’enjeu de l’album Broken English. Ce serait son disque ultime et, après, elle mourrait.

Ce que je dois faire, avant de mourir, c’est de montrer ce que j’ai dans le ventre. Dire qui je suis. Je ne suis pas une victime. Je ne suis pas cette gamine écervelée. Je suis Marianne Faithfull. Et voilà ce que je vaux.

The Ballad of Lucy Jordan est une chanson de l’Américain Shel Silverstein. La toute première version fut interprétée par le groupe Dr. Hook and the Medicine Show. Marianne Faithfull en fait un hymne féministe. "The Ballad of Lucy Jordan" est la chronique d’un désespoir, mais c’est aussi le récit d’une vie que Marianne Faithfull aurait pu mener. Elle y a échappé, en entrant dans le monde du rock’n’roll. Et elle en a payé le prix fort. Marianne Faithfull pensait que Broken English serait son dernier album et qu’après elle mourrait. Mais le disque l’impose en artiste à part entière. Aristocrate du rock, elle fut. Aristocrate du rock, elle restera.

L'équipe
Contact