Tube de l'année et de l'été 1999, consacré l'année suivante aux Victoires de la Musique avec le prix de la chanson de l'année, "Tomber la chemise" de Zebda explosait le cadre habituel du groupe : la revendication et le militantisme. Ce fut comme si le sens de la chanson avait été écrasé par son potentiel festif.

Tomber la chemise, consacrée chanson originale de l’an 2000, c’est le programme des 4 prochaines minutes. Avec ce son et avec cette pulsation-là (ska ou rock steady), on pourrait être au cœur d’un sound system de Kingston Jamaïque. Mais non, ça vient de Toulouse, Haute-Garonne. 

En 2000, les Zebda ont plus de dix ans d’existence et deux albums derrière eux. Leur discographie brasse rap, reggae, tradition de la chanson française, raï ou guitares flamenca

Et le son de Tomber la chemise est confié à un New Yorkais : Nicholas Sansano, dont on retrouve le nom sur les albums d’IAM ou de Sonic Youth. 

La chanson figure sur l’album Essence ordinaire paru en 1998, l’année même où la France est championne du monde de foot

Le nom Zebda est un jeu de mot : en arabe ça veut dire « beurre », celui qu’on tartine, tandis que le groupe réunit des fils de kabyles, des gascons et un parisien.  En 1998, on associe les Zebda à la République rassembleuse et métissée. Celle qu’on a appelé la France Black Blanc Beur.  

Presque deux ans plus tard, ils viennent chercher leurs Victoires. Celle du groupe et de la chanson de l’année. 

Cette colère, Magyd Cherfi sait déjà qu’elle s’est diluée dans le succès. Parce que Tomber la chemise est le tube de l’été entendu partout : au supermarché, dans les campings. On tombe la chemise, comme on fait tourner les serviettes.  

C’est comme si le rythme, l’esprit festif de la chanson avait tué le reste du texte. 

Les paroles énumèrent celles et ceux qui sont conviés à une fête, portes ouvertes aux têtes de caillou, aux faces de pioches.  Je cite : « Tout ce que la colère, le béton et ce vilain monde ont fait de meilleur ». Les Misérables. 

Malgré le succès, Zebda garde sa conscience politique comme fil à plomb

Leur album suivant s’intitulera Utopie d’Occase. Avec Tomber la Chemise, le groupe chante la réconciliation quand le slogan « Nique la Police » résonnait dans le hip-hop des années 1990. 

Dans un numéro du Nouvel Observateur daté d’Août 2002, Mustapha Mokrane, l’un des chanteurs de Zebda déclare :  

Notre propos et notre manière de le nuancer ne répondent pas à l’attente des jeunes de cités. Eux, c’est un cri qu’ils réclament. 

Reste le tube, d’un collectif de sept gars, qui a fait exister une banlieue qui n’est pas parisienne. Qui a fait exister un accent du sud avec lequel le verbe tomber, c’est pas une chute, mais un rebond.  

A voir/écouter aussi

A regarder dès maintenant : un nouvel épisode de la collection vidéo Pop And Co Le Labo est en ligne sur le site de France Inter ou sur nos réseaux sociaux.  Ce nouveau Labo est dédié aux coulisses du morceau « Oui ou Non » d’Angèle qui est nommée trois fois aux Victoires de la musique. Résultats ce soir, sur Inter, à partir de 20h30, sur France Inter.

  • Légende du visuel principal: Zebda sur scène en 1990 © Getty / Eric CATARINA
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.