Le Suédois Bror Gunnar Jansson, déjà présenté dans Pop N' Co en 2017, publie un nouvel album intitulé 'They Found My Body In A Bag' (en français, « ils ont trouvé mon corps dans un sac »). Pour ce bluesman venu du Nord, ce sont des crimes commis sur des femmes, en Suède, qui sont la source d'inspiration de ce disque.

Bror Gunnar Jansson a grandi dans une famille de musicien·ne·s, qui l’a élevé au son du blues. Il est pourtant né en Suède, il y a 33 ans. L’histoire du blues, qu’il connaît par cœur, est pleine de vies d’hommes ayant connu des drames. Robert Johnson, empoisonné par un mari jaloux, Charley Patton, gorge tranchée à la fin d’un concert. C’est peut-être pour cette raison que Bror Gunnar Jansson met en scène des tueurs dans ses chansons. Dans son nouvel album, They Found My Body In A Bag, les tueurs ont existé pour de vrai. Jannson s’est inspiré de faits divers réels, qui se sont passés en Suède, voire dans sa rue, à Stockholm. En français, on peut traduire They Found My Body In A Bag par : « Ils ont trouvé mon corps dans un sac ».

Pour raconter ces crimes, pas loin de scénarios gore, Bror Gunnar Jansson pousse les aiguilles dans le rouge, mais avec un dispositif à l’économie. Dans le morceau "Body In A Bag", il fait tout tout seul : batterie, puis guitare, et les deux en même temps. Sur scène, il a imposé cette identité d’homme-orchestre qui met le feu avec les moyens du bord.

Dès ses premiers disques, Jansson nous a remis dans l’oreille les liens entre le blues primitif et l’esprit du punk. Pour la tournée qui accompagne la sortie de ce nouveau disque, ils sont trois sur scène : guitare, basse et batterie, pour arpenter l’histoire avec un grand H, puiser aux sources du blues et basculer en toute logique dans le rock’n’roll.

Bror Gunnar Jansson publie des disques depuis le début des années 2010 avec un panache intact : ignorer totalement les tendances, écrire des chansons en noir et blanc, plutôt qu’en couleur, et n’obéir qu’à une seule loi : celle que lui dicte sa musique. Certains titres sont des épopées instrumentales, qui se déploient pour 11 minutes, d’autres sont des chroniques courtes.

Bror Gunnar Jansson adoucit sa voix le temps d’une ballade et, dans le morceau d'après, braille comme s’il était propulsé par l’urgence. À la fin de la chanson intitulée "Machine", il se met à murmurer. Ce titre est encore une histoire vraie, extraordinaire et macabre, celle de Kim Wall, journaliste suédoise, assassinée dans un sous-marin par un savant fou. Au milieu de cette folie, au milieu de cette violence, il y la nonchalance du sifflement de Bror Gunnar Jansson. Son chuchotement qui suit. C’est ainsi qu’il est le plus effrayant et l'on pense à La Nuit du chasseur et à Robert Mitchum.

Bror Gunnar Jansson en tournée en France

La tournée française de Bror Gunnar Jansson reprend en avril 2020 :

  • mercredi 1er avril 2020 : ST GERMAIN EN LAYE, La Clef
  • jeudi 2 avril 2020 : GRENOBLE, Ampérage
  • vendredi 3 avril 2020 : ST-ÉTIENNE, Le Fil
  • samedi 4 avril 2020 : ANNECY, Le Brise Glace
  • mardi 7 avril 2020 : ROUEN, Le 106
  • mercredi 8 avril 2020 : ANGERS, Le Chabada
  • jeudi 9 avril 2020 : BREST, La Carène
  • vendredi 10 avril 2020 : NANTES, Le Stéréolux
  • samedi 11 avril 2020 : CREIL, La Grange
  • Légende du visuel principal: 'They Found My Body In A Bag', nouvel album de Bror Gunnar Jansson, est distribué en France par les éditions Miliani © Anna Malmberg
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.