Le documentaire 'L'Argot sous un garrot - La face cachée de l'œuvre de Booba' d'Olivier Pillot et Laura Millienne, disponible sur YouTube, explore les textes et la langue du rappeur de Boulogne. L'occasion pour Pop N' Co de réhabiliter, sur cet aspect, l’un des artistes français contemporains les plus influents.

Le film commence avec un garçon en robe noire sur une estrade. Il est étudiant en droit et incarne l'avocat de la défense dans le grand procès de Booba, procès fictif utilisé comme prétexte à un concours d'éloquence. Le procès est fictif mais, vu les polémiques que Booba cristallise, il pourrait être vrai. Il se déroule à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, département d’origine d’Élie Yaffa, dit Booba. Fils d’une Française et d’un Sénégalais, il rappe : 

Je suis venu marquer mon temps, malgré mon teint !

Tout au long du film, ses textes s’inscrivent sur l’écran : 

Venu extraire l’Excalibur de son enclume, en 6'45'', j’suis le bitume avec une plume.

Et avec le piano de "Mistral gagnant", Booba salue Renaud.

Les intervenants du documentaire L'Argot sous un garrot - La face cachée de l'œuvre de Booba d'Olivier Pillot et Laura Millienne sont journalistes, romanciers, linguistes. Ils ne se penchent que sur la langue inventée par Booba. Selon la linguiste Aurore Vincenti, ses textes sont l’une des traces de l’argot contemporain.

Le film a l’ambition de s’adresser aux fans de Booba, comme à celles et ceux qui l’exècrent. Il replace le rappeur dans l’histoire de la littérature et de la chanson française. Dans le procès fictif de Booba, que Laura Millienne et Olivier Pillot ont filmé à Nanterre, la parole est à la défense. Amir N’Gazi, étudiant en droit, convoque Brassens.

Le texte qui fit date concernant la poésie de Booba fut publié dans la prestigieuse NRF, la Nouvelle Revue Française. C’était en 2003. L’article est signé Thomas Ravier et il s’intitule « Booba ou le démon des images ». Thomas Ravier y écrit que Booba est l’inventeur d’une nouvelle figure de style, « la métagore ». Une métaphore gore. Il ne qualifie pas pour autant le rappeur de nouveau Rimbaud. Il affirme juste que la poésie d’Arthur et celle de Booba peuvent coexister.

Laura Millienne et Olivier Pillot ont contacté des chaînes de télévision pour diffuser leur film. Elles ont dit non. Qu’à cela ne tienne, les deux auteur·trice ont auto-produit leur documentaire et l’ont mis en ligne. Ce qui ne leur rapporte rien, sauf la beauté du geste et la satisfaction de constater qu’en à peine plus de deux semaines, il est déjà vu par 445 550 personnes sur YouTube (chiffre au 14 février 2020). On comptera aussi le plaisir de filmer une génération, née avec Booba : des étudiants en droit qui s’exercent à l’éloquence en prenant sa défense.

Pour aller plus loin

  • Légende du visuel principal: Le documentaire 'L'Argot sous un garrot - La face cachée de l'œuvre de Booba', d'Olivier Pillot et Laura Millienne est disponible gratuitement sur YouTube © Getty / David Wolff - Patrick / Redferns
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.