La chanteuse ALA.NI vient de publier son nouvel album. Intitulé 'ACCA', comme le diminutif d' « A cappella », ce disque aux orchestrations minimalistes révèle, si cela était encore nécessaire, la technique vocale et la musicalité de l'autrice-compositrice-interprète britannique.

Une procession de nuit, dans une ville inconnue. Un homme se détache, en tête du cortège. Il est américain, parle en français et, contre toute attente, s'appelle Iggy Pop. L'enregistrement de la chanson "Le Diplomate" a eu lieu chez lui, à Miami. Après avoir posé sa voix, il a emmené ALA.NI à la plage, dans sa Rolls Royce ! Au-delà du plaisir de l’anecdote, la scène raconte les conditions d’écriture de ce nouvel album d’ALA.NI, autrice-compositrice-interprète britannique

Ce disque est une succession de rencontres et de hasards heureux, qui illuminent tout le disque. Même quand les textes d’ALA.NI se font graves, les chansons dégagent une certaine simplicité : le plaisir de vivre, sans jamais tomber dans la béatitude ni la niaiserie. Son album s’intitule ACCA, soit « A cappella » en raccourci. Peu d’instruments, donc, et surtout des voix.

On y entend la voix du beat-boxer Dave Crowe, dit la batterie humaine et celle d’ALA.NI, dite la plus belle voix soul du moment. Elle signe l’écriture, l’arrangement et la production de toutes les chansons. Les voix sont tressées les unes aux autres et il arrive qu’elle ajoute un grincement de porte ou le claquement d’une paire de talons. Surtout, l’un des talents de cette musicienne, c’est de jouer avec les silences.

La chanson "Bitch" pourrait avoir un début jugé légèrement solennel. Mais, juste après, il y a ce texte :

Je peux faire ça de façon agréable. Mais je peux aussi être une salope.

Les chansons sont ciselées, sans que leur virtuosité ne vous intimide. Il y a le plaisir de faire de la musique sans apprêt. Les percussions sont assurées avec une balle de tennis, en frappant une bouteille de bière vide ou une chaise en plastique. ALA.NI se balade dans un registre vaste, qui va de son amour pour les comédies musicales de Broadway, au reggae et sonorités sixties.

  • Légende du visuel principal: Avec des arrangements et des orchestrations dépouillés, 'ACCA', nouvel album d'ALA.NI, s'annonce comme l'un des grands disques de la rentrée © Martin-Oger Daguerre
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.