Quatrième et dernier épisode de notre série spéciale Abbey Road : Antoine de Caunes et Charline Roux sont allés rencontrer le réalisateur Terry Gilliam.

Le réalisateur britannique Terry Gilliam (des Monty Python), le 19 mai 2018 au Festival de Cannes pour son film "L'Homme qui tua Don Quichotte".
Le réalisateur britannique Terry Gilliam (des Monty Python), le 19 mai 2018 au Festival de Cannes pour son film "L'Homme qui tua Don Quichotte". © AFP / Loïc Venance

Popopop fête les cinquante ans de l'album blanc des Beatles. Et pour fêter ça, quoi de mieux que d'aller directement poser le micro de France Inter dans les studios d'Abbey Road ? Pour ce quatrième et dernier épisode, un nouvel invité de marque puisqu'Antoine de Caunes et Charline Roux ont rendez-vous avec le réalisateur et membre historique des Monty Python, Terry Gilliam.

Les Beatles ont été très importants dans ma vie. Je me rappelle d'être dans une voiture, à Los Angeles, je sortais de l'université, on passait "I Wanna Hold Your Hand". Tout à coup, le son était différent, nouveau...

Sa chanson préférée de l'album blanc ? "I'm So Tired". Pourtant, Terry Gilliam était en pleine forme, dans les studios d'Abbey Road, pour évoquer sa carrière, de La Vie de Brian, produit par George Harrison, au Benvenuto Cellini de Berlioz qu'il a mis récemment en scène à l'opéra... Autant dire que la pop culture, il maîtrise. D'ailleurs, c'est quoi, pour lui, la pop culture ?

Difficile à dire, parce que maintenant, j'en suis sorti. Mais quand j'étais dedans, le monde était enthousiasmant. On était les baby-boomers, on allait changer le monde... On pouvait faire quelque chose. La pop culture, en tous cas, ça n'a rien à voir avec l'élite, ça vient des tripes, et c'est ce que j'aime.

La "pop-list" de Terry Gilliam

Pour le livre culte, Terry Gilliam nous recommande Catch 22, roman de Joseph Heller : « C'est un super roman qui donne vraiment toute une idée de l'absurdité du monde. »

Pour le film culte, après avoir lu Catch 22, pourquoi ne pas regarder Les Sentiers de la gloire ? Ce film de Stanley Kubrick, sorti en 1957 est celui qui lui a « donné envie de devenir réalisateur. »  

Pour la série culte, Terry Gilliam ne s'est pas trop foulé et nous encourage à re-re-re-regarder les... Monty Python. « On était bien en avance sur tout ce dont on parle aujourd’hui, sur la définition des genres, par exemple. Ça marche toujours. » Mais Terry Gilliam cite aussi Rawhide, avec Clint Eastwood.

Enfin, n'hésitez pas à écouter les Arctic Monkeys, et notamment leur nouvel album : Tranquility Base Hotel & Casino !

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.