Antoine de Caunes reçoit le réalisateur et comédien Bernie Bonvosin ainsi que Gunter Love et Scotch Brit membres d'Airnadette.

Bernie Bonvoisin
Bernie Bonvoisin © AFP / ANDRE DURAND

" Popopiennes, popopiens, et tous les autres aussi, bonjour, 

Ainsi donc, il est question qu’on retire sa légion d’honneur à cette crevure d’Harvey Weinstein. C’est un symbole bien sûr, et personne, à part cette crevure d’Harvey Weinstein n’y trouvera rien à y redire. Toutefois, méfions-nous, car si on commence à se demander si machin ou machine la mérite vraiment, sa légion d’honneur, et si, question honneur, il ou elle est tout à fait blanc comme neige, on va au-devant de quelques surprises, voire désillusions.
Je rappelle que l’ordre de la légion d’honneur fût initialement créé par Napoléon Bonaparte qui , fin psychologue savait bien à quel point les hommes, y compris parvenus à l’âge adulte, ont besoin de hochets pour se sentir pleinement exister. Elle récompensait initialement les braves qui s’étaient illustrés sur les champs de batailles ou des savants ayant fait progresser le shmilblick. Avec le temps, on finit par la distribuer à un peu n’importe qui: des chanteurs de variété, des marchands d’armes, Maurice Papon ou Bachar el Assad, au point que son prestige finit par en prendre du plomb dans l’aile, ou du plomb dans l’aigle, si l’on préfère, rapport à Napoléon.
Le fait de la retirer à cette crevure d’Harvey Weinstein marque-t-il donc une tardive prise de conscience de nos pouvoirs publics, dont nous sommes nombreux à nous être toujours demandé si c’était bien à eux de décider de ce qui était honorable ou non ?
On me permettra d’en douter, mais je suis circonspect de nature. Et déja, si on la retire à cette crevure d’Harvey Weinstein, personne, en dehors de cette crevure d’Harvey Weinstein, ne viendra s’en plaindre. " Antoine de Caunes

Charline Roux, Emmanuel Pierrat, Bettina Rheims et Antoine de Caunes
Charline Roux, Emmanuel Pierrat, Bettina Rheims et Antoine de Caunes © Radio France / fanny leroy
  • Bernie Bonvoisin
  • Né à Nanterre en 1956 au sein d’une famille ouvrière, il débute la batterie avant de devenir le co-fondateur du groupe de hard-rock Trust en 1977 avec le guitariste Norbert Krieff . Il dénonce dans ses textes franchement politiques le système capitaliste, l’extrême-droite, les mentalités bourgeoises, la répression. La chanson Antisocial, dans l’album Répression de 1980, devient l’hymne d’une génération rebelle. Parallèlement, il participe à plusieurs films comme comédien et passe derrière la caméra avec le remarqué Les démons de Jésus en 1997, puis Les grandes bouches (99) et Blanche  (2002) et plus récemment un documentaire engagé sur les enfants syriens victimes de la guerre, "Syrie, les enfants de la guerre" diffusé sur France 2 dans Envoyé spécial et sur la chaine LCP. En 2016 il entame une tournée avec Trust bientôt disponible sur disque et joue dans l'inouï "Laissez Bronzer les cadavres" d'Hélène Cattet et Bruno Forzani, en salle le 18 octobre.

Il faut oser oser… j’aime la liberté des réalisateurs Cattet et Forzani ! Laissez bronzer les cadavres est un des films les plus libres que j’ai vu. Chaque plan est nécessaire, rien n’est à jeter.

  • Gunter Love et Scotch Brit des Ainadette pour la sortie d'un livre-CD "Du Rock dans ton salon" et leur prochain spectacle "Le Pire contre attaque" qui débutera en mars. "Du Rock dans ton salon" va permettre aux kids de monter leur comédie musicale à la maison !
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.