A l'occasion de la sortie d'Océan Noir, leur adaptation de "Corto Maltese", Antoine de Caunes, accompagné de Charline Roux reçoit le dessinateur Bastien Vivès et le scénariste Martin Quenehen.

Détail de la couverture d'Océan noir de Corto Maltese
Détail de la couverture d'Océan noir de Corto Maltese © Bastien Vivès - Martin Quenehen / Casterman

Toutes les bonnes choses ont une fin, et c'est la fin des vacances pour Antoine de Caunes et Charline Roux. La pop, la culture et la pop-culture sont de retour sur France Inter. Et pour bien commencer cette cinquième saison, un parrain de choix. 

Il est dessinateur de BD connu et reconnu pour ses romans graphiques Le Gout du chlore, Une soeur, Le Chemisier ou encore Quatorze Juillet. Il signe également depuis 2013 la série de manga Lastman

Aujourd'hui, il revient avec une nouvelle aventure du héros mythique de la bande-dessinée, Corto Maltese. Suite à une piraterie qui ne se déroule pas comme elle devrait, Corto se retrouve avec un potentiel trésor entre les mains, et je ne spoile pas le reste du trajet. Corto Maltese, un marin jusqu’ici habitué à voguer au début du 20e siècle et qui cette fois se retrouve aventurier en 2001. 

Pour en parler, Antoine de Caunes et Charline Roux accueillent le dessinateur de BD Bastien Vivès et le scénariste Martin Quenehen. 

Extraits de l'entretien 

Des raisons d'être en colère

Bastien Vivès : "Je me fatigue moi-même. Je suis énervé peut-être à cause de la crise sanitaire. Mais il y a plein d'autres sujets d'énervement : la BD dans le monde… Et d'autres bien plus polémiques."

Raoul Cauvin

BV : "Parmi les nouvelles qui m'ont touché cet été : la mort de Raoul Cauvin, le dessinateur de Cédric, des Tuniques Bleues… J'avais vu son post dans lequel il annonçait qu'il allait décéder… Cela serre toujours un peu le cœur. Oui, le monde de mon métier la BD me préoccupe. Je ne peux trop rien faire pour la planète…" 

Corto Maltese

BV : 

J'aimerais avoir son détachement, le côté rêveur et libertaire. Je souhaiterais avoir sa capacité à parler avec tout le monde, à ne me laisser dicter ma vie par personne. C'est définitivement un exemple à suivre.

Censuré sur Insta

BV : "Mes affaires sensibles ? Je me fais censurer sur Instagram en ce moment. J'avais détourné l'image d'un Calvaire avec le Christ… Mais des personnes s'amusent à me dénoncer. Je croyais qu'on pouvait se moquer de tout depuis Charlie."

Les femmes

BV : 

Je dessine des gros seins, mais je n'ai parlé aux filles qu'à 16 ans. 

Le passage de l'adolescence à l'âge adulte est toujours un peu compliqué. Maintenant à 37 ans ça va. Les  femmes m'ont permis de grandir, et certainement pas mes amis de jeux vidéo."

Conseil à un jeune d'aujourd'hui ? 

BV : "Si vous savez faire quelque chose, faîtes-vous une petite place, trouvez-vous des amis… Soyez discret, progressez et vous arriverez à vos fins."

Pop Culture

BV : "J'ai longtemps été une "poubelle culturelle". Ma culture était la mauvaise pop culture. J'ai mis 12 albums de Last Man à m'en débarrasser"

La rencontre avec Martin Quenehen, le scénariste de la BD

Martin Quenehen : "Il était mon invité dans une émission de radio. Il m'a dit qu'il n'aimait pas les scénaristes, j'ai compris l'inverse. Et lui ai envoyé une proposition."

Ce Corto est situé 2001, une année de bascule traumatique

Martin Quenehen : "Bastien Vivès avec son sabre de samouraï au-dessus de son bureau me disait d'arrêter de le comparer à Pratt, et de faire un Corto Maltese. Mettre 20 ans d'écart avec aujourd'hui nous permettait de mettre une distance suffisante avec aujourd'hui. Le placer dans une année d'attentats, nous rapprochait d'Hugo Pratt qui disait que les guerres étaient extraordinaires pour faire des rencontres."

Bastien Vivès : "Côté cinéma, je pense dans ces années-là à Michael Mann qui m'inspire souvent pour la mise en scène."

Reprendre un personnage connu

BV : "Souvent on aime Corto pour l'inspiration comics, l'action, sa poésie."

MQ : "Pour moi ce héros est synonyme d'immense liberté… Corto est chacune et chacun des lecteurs. Je pense que Pratt mettait beaucoup de lui dans ses BD. Nous avons fait pareil."

Ingrédients de base de Corto

BV : "Les nanas à poils (rire). On plaisante, mais les femmes sont importantes. Les rencontres que fait le héros sont primordiales, sa façon de voir le monde aussi. Je me suis approprié Corto, mais pas trop… J'étais dans le fantasme. Et très heureux de m'attaquer au héros le plus sexy de la BD."

MQ : "Oui, Corto assume sa féminité. C'est peut-être ce qui le rend beau. Dans Océan noir, les femmes sont comme dans les Corto Maltese originels : présentes, puissantes… Chez Hugo Pratt elles sont inspirées de personnes réelles, comme des navigatrices, qu'il était allé rencontrer. L'impossibilité d'une rencontre amoureuse est le sujet en filigrane du livre. Et ce sujet dessine une véritable danse entre Corto et une héroïne."

BV : "Si à la fin de l'album on ne ressent pas d'émotion… C'est peut-être qu'on ne sait plus lire cette aventure de marin aujourd'hui."

ALLER PLUS LOIN

La pop-liste de Bastien Vivès 

  • Son livre du moment : Tomié, manga de Junji Ito
  • Son film du moment : Benedetta de Paul Verhoeven
  • Sa série du moment : Le Bureau des Légendes d'Eric Rochant
  • Sa chanson du moment : "Vue d'en face" - Yelle   

La playlist de l'émission

  • "Eclipse" - Xixa 
  • "Jimmy Jimmy" - Gorillaz
  • “Narrator” - Squid
  • "Vue d'en face" - Yelle  
Les invités
Programmation musicale
L'équipe