Depuis le 5 décembre, le France est à nouveau en pleine fièvre sociale, un an après la crise des Gilets Jaunes. Mais il y a une différence majeure : cette fois les syndicats sont en première ligne de la mobilisation. Le dialogue entre ces derniers et le Président de la République est très difficile - et cela explique largement le blocage de ce mois de décembre. Comment en est-on arrivé là ? C’est le sujet de Pour Suite cette semaine.

Pour écouter tous les épisodes de cette série, mettez ce podcast en favori sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS

Au moment où nous écrivons ces lignes et finalisons le nouveau numéro de Pour Suite, la réforme des retraites annoncée par le gouvernement crispe les syndicats et fait descendre de nombreux Français dans les rues du pays. Au delà de la transformation du système des retraites, la nouvelle colère qui embrase le pays semble être la conséquence d'un difficile, voire impossible, dialogue entre l'exécutif et les syndicats. Pour Suite vous raconte comment on a pu en arriver à une telle situation. Avec l'éclairage de nos spécialistes "maison" et de "grands témoins".

Ancien numéro 1 de Force Ouvrière, Pascal Pavageau nous raconte, par exemple, qu’avant son élection en 2017, Emmanuel Macron a largement consulté, y compris les syndicats, pour prendre le pouls de la société. Mais à peine élu, il laisse les centrales à l’écart et applique son programme sans les y associer, estimant qu’il a un mandat du peuple. 

Le Macron qui arrive à l’Elysée, analyse Yaël Goosz, chef du service politique de France Inter, voit les syndicat comme une résurgence du vieux monde, des freins aux réformes qu’il appelle de ses vœux. 

Un président seul face à la rue

Et puis arrive la crise des Gilets Jaunes. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, Yaël Goosz et le sociologue Jean-François Amadieu décrivent ce moment de bascule. Les syndicats et le président réalisent leurs fragilités respectives. Les centrales, parce que ce mouvement leur échappe largement. Le président, parce que, faute de corps intermédiaires, il se trouve seul face à la rue. Et pourtant, le gouvernement refuse la main tendue par la CFDT au début de la crise. Rejet d’autant plus étonnant qu’entre le syndicats réformiste et l’Elysée, il y a beaucoup d’intermédiaires - des conseillers de l’Elysée venus de la deuxième gauche que représente la CFDT. 

Mais entre les centrales et l’Elysée, les rendez-vous manqués se multiplient au fil du quinquennat. Avant même la réforme des retraites, le flop le plus flagrant est celui de la réforme de l’assurance chômage. Dans ce numéro de Pour Suite, Pascal Pavageau décrit ce moment qui laissera une grande amertume des deux côtés. 

Réforme des retraites : l'opinion comme arbitre ?

Et maintenant la réforme des retraites... Elle a donné lieu à des dizaines de réunions avec les syndicats. Et pourtant, pendant de longs mois, ils ont eu du mal à comprendre précisément quelle réforme le président voulait mettre en place. Laurent Kramer, qui suit l’actualité sociale à France Inter, souligne que c’est une constante depuis l'élection d'Emmanuel Macron : le chef de l’Etat garde le flou, change de position régulièrement, ce qui rend le dialogue avec les partenaires sociaux très compliqué. 

Alors que les grèves et manifestations se multiplient depuis le 5 décembre, un dialogue résolu et constructif serait nécessaire entre le président et les syndicats. Mais la relation n’est-elle pas trop abîmée ? Quelle issue ? Selon Yaël Goosz, si la contestation se prolonge, l’opinion pourrait jouer les arbitres : considère-t-elle que le pays est bloqué à cause de syndicats trop radicaux ou d’un président trop obstiné ? 

Archives : 

  • Manifestation contre la réforme des retraites à Lyon, France Inter, le 05/12/19
  • Emmanuel Macron en meeting à la porte de Versailles à Paris, le 10/12/16
  • Emmanuel Macron au journal de 20h de TF1, le 11/12/16
  • Manifestation de cheminots à la Gare du Nord à Paris, le 03/04/18 
  • Citoyens en colère lors du premier samedi des Gilets Jaunes, le 17/11/18, sur France 2
  • Édouard Philippe invité du 20h de France 2, le 18/11/18
  • Emmanuel Macron sifflé devant l'Arc de Triomphe, le 02/12/18 (Source AFP)
  • Sifflé, Philippe Martinez, Secrétaire Général de la CGT, préfère sortir de la manifestation du 1er mai 2019, France 24
  • Emmanuel Macron devant le Congrès, au château de Versailles, le 09/07/18 (Source Elysées)
  • Emmanuel Macron devant les présidents de départements, France 3 le 22/02/19
  • Édouard Philippe à l'Assemblée Nationale prononce son discours de politique générale, le 12/06/19 (Source Assemblée Nationale)
  • Édouard Philippe dans la Matinale de France Inter, le 21/11/19

Pour Suite, le podcast qui éclaire l'actualité

L'équipe

  • Écrit et présenté par Bruno Duvic
  • Rédaction en chef : Thibaut Cavaillès
  • Assistants d'édition : Rachid Zourdani
  • Réalisation : Fanny Bohuon et Céline Illa
  • Mixage : Vincent Godard
  • Habillage musical : Kraked Unit

Vos remarques, vos avis, vos réactions : poursuite@radiofrance.com