L’événement avait ébranlé toute une ville, voire tout le pays. Le 5 novembre 2018, dans le cœur de Marseille, deux immeubles s’effondraient, tuant 8 personnes. La question de l’habitat indigne resurgissait alors de la plus violente des manières et nous alertait sur la fragilité de certaines de nos habitations. Un an après, Pour Suite se penche sur cette "spirale" qui conduit à l’insalubrité les copropriétés les moins aisées.

La France compterait 420 000 logements potentiellement indignes. Un chiffre avancé par l’État mais qui s’élèverait à 600 000 selon la Fondation Abbé Pierre. Selon, cette fois, les statistiques de l’INSEE reprises par le député LREM Guillaume Vuilletet dans son rapport sur l’habitat indigne, le pays abriterait 800 000 logements "dégradés".

Des chiffres impressionnants et peu rassurants lorsque l’on se remémore les images de la rue d’Aubagne, à Marseille, il y a un an. Le 5 novembre 2018, deux immeubles vétustes du quartier très populaire de Noailles s’effondraient. Un troisième était ensuite abattu par les pompiers. Sous les décombres : huit corps sans vie. La consternation puis la colère s’emparaient alors de la ville.

Dans ce numéro de Pour Suite, Bruno Duvic s’interroge sur les raisons qui font qu'aujourd’hui en France l’on puisse être en danger sous son propre toit. C’est Claire Chaudière, du service Économique et Social de France Inter qui l’éclaire. L’habitat indigne, ce sont les marchands de sommeil qui en sont en partie responsables mais aussi la paupérisation des petits propriétaires qui, une fois leur bien acquis, n’ont plus forcément les moyens d’en assurer l’entretien ou la rénovation.

Une prise de conscience de l'État mais pas de "Plan Marshall" pour le logement

Où en est Marseille après le drame ? Que font les autorités contre cette dégradation de l’habitat ? 

Dans cet épisode nous allons bien sûr à Marseille où Olivier Martocq, du bureau local de France Inter se souvient de ce 5 novembre 2018 et nous raconte les stigmates encore présents dans le quartier de Noailles. La ville de Grigny en Essonne est également une étape avec son maire PCF Philippe Rio qui reconnait les progrès faits par l’État pour financer les travaux de rénovation. La Fondation Abbé Pierre, fer de lance de la lutte contre l’habitat indigne, dénonce, elle, une simple prise de conscience. À sa tête, Christophe Robert appelle à un plan d’urgence, un véritable "Plan Marshall". Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement assure au micro de Pour Suite que cette question de l'habitat indigne est sa priorité depuis qu’il est au Gouvernement. La loi Élan, qu'il a portée, promulguée en novembre 2018, incarne cette volonté. L'an dernier, le ministre a également lancé une "stratégie nationale d'intervention", soit près de 3 milliards d'euros sur 10 ans pour venir en aide à 700 propriétés en très grandes difficultés. Un plan qu'il avait présenté trois semaines avant le drame de la rue d'Aubagne lors d'un déplacement... à Marseille ! 

Si cet épisode nous donne des clés pour comprendre pourquoi nos immeubles s'abîment, il nous permet également de nous rendre compte que beaucoup d'entre nous sont concernés. Avec l'augmentation du prix de l'immobilier ou des charges de copropriété et la négligence pendant des années de l'entretien d'immeubles anciens qui ne montraient pas de signes apparents de vétusté, les propriétaires de classe moyenne se retrouvent aujourd'hui parfois étranglés.

Pour Suite, le podcast qui éclaire l'actualité

L'équipe

  • Présenté par Bruno Duvic
  • Rédaction en chef : Thibaut Cavaillès
  • Assistant d'édition : Rachid Zourdani
  • Réalisation : Fanny Bohuon 
  • Mixage : Julien Michel
  • Habillage musical : Kraked Unit

Archives

  • Témoignage d'une habitante de Marseille juste après l'effondrement des deux immeubles rue d'Aubagne, journal de 8h de France Inter, le 6/11/2018
  • Annonce de l'effondrement de deux immeubles à Marseille, Sébastien Paour, journal de 19h, France Inter, le 5/11/2018
  • Témoignage d'un Marseillais au lendemain du drame de la rue d'Aubagne, journal de 8h, France Inter, le 7/11/2018 
  • Reportage de Thibault Lefèvre à Grigny (Essonne), matinale de France Inter, le 8/10/2019

PourSuivre...

Vos remarques, vos avis, vos réactions : poursuite@radiofrance.com