Cette année encore le festival de la BD d’Angoulême offre une large place aux mangas. Des histoires pour enfants, ados ou adultes qui se vendent par millions au Japon et cartonnent en France ! Pour Suite vous invite à aller voir ce qui se cache derrière ces pages remplies de jeunes japonaises aux yeux ronds ou de garçons aux cheveux hérissés !

Pour écouter tous les épisodes de cette série, mettez ce podcast en favori sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS

Quand Laetitia Gayet est venue dans le bureau nous raconter sa rencontre avec des auteurs de mangas au Japon, il ne nous a pas fallu bien longtemps pour sentir qu’il y avait matière à en tirer un épisode de Pour Suite

Certes, Laetitia est la présentatrice des flashs d’info en journée sur France Inter mais elle est aussi la productrice de la chronique hebdomadaire "Bulles de BD" dans le 5-7 de Mathilde Munoz, toujours sur Inter. C’est dire si elle s’y connaît en 9ème art ! Et dans ce monde foisonnant de l’édition BD, elle a un appétit particulier pour le manga, ce registre né au Japon mais dont la France est le deuxième pays consommateur. 

Une page du manga Akira, de Katsuhiro Otomo
Une page du manga Akira, de Katsuhiro Otomo © Radio France / Photo : Charlie Abad / Photononstop

Alors on a décidé de faire un épisode autour du sujet juste avant l’ouverture du 47ème festival de la BD d’Angoulême, ce vendredi 31 janvier.

Pour ce numéro, Bruno Duvic cède sa place à Hélène Roussel. Il faut dire qu’il a toujours préféré la Princesse de Clèves à Goldorak. Pourtant Hélène non plus n’y connaissait pas grand-chose en mangas, hormis les classiques Dragon Ball ou Ken le Survivant. Mais c’était avant de se plonger dans le sujet. Car quand Laetitia lui a raconté l’ampleur du phénomène au Japon comme en France, les enjeux autour des magazines ou des "animés" et la façon dont ils sont fabriqués, Hélène a fait ce que sait faire tout journaliste : s’emparer du sujet pour vous le raconter, avec ses mots, son style et sa curiosité.

Le manga : un monde aux codes parfois cruels

Dans cet épisode, qui s’adresse, disons-le tout de suite, plus aux néophytes qu’aux spécialistes, nous faisons donc un voyage au Japon, où Laetitia s’est rendue pour voir comment travaillaient les mangakas. De véritables ouvriers, qui officient cachés de leur public. Peu de Japonais connaissent les visages de ces dessinateurs. Les stars, ce sont les personnages de mangas, pas forcément leurs créateurs. Eux sont de véritables stakhanovistes de la BD : 18 à 30 pages à réaliser par semaine, pour nourrir des publications hebdomadaires grosses comme des bottins. Au point que certains contractent des tendinites au niveau des mains. Même avec un nombre important d’assistants autour de soi, explique dans cet épisode l’une des stars du manga, Rumiko Takahashi, créatrice de la série  Ranma ½.

Le rythme et la pression également quand chaque semaine Ken Wakui, auteur de Tokyo Revengers, attend le retour de lecteurs des publications pour savoir quelle suite donner à sa série.

Mais c’est le prix à payer pour les auteurs de ces ouvrages qui remplissent les bibliothèques des Japonais : plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires pour 300 millions de mangas vendus chaque année dans le pays. 

Ce succès ne pouvait se cantonner au seul Japon. Le marché s’est ouvert vers l’étranger. Et particulièrement vers la France où plus d’une BD sur trois vendues en 2018 était un manga. Soit près de 17 millions d’exemplaires écoulés. 

France et mangas : 30 ans de mariage !

Cette passion française pour le manga, elle peut être attribuée à deux personnes : Jacques Glénat, qui eut l’idée d’en importer en France dans les années 90 et … Dorothée dont le fameux Club éponyme a longtemps fait la part belle aux adaptations animées de ces sagas.

Les après-midi passées à regarder Les Chevaliers du Zodiaque ou Nicky Larson auront fait naître des vocations chez les plus jeunes. Dans cet épisode, un Toulousain de 35 ans vivant au Canada nous raconte ses premiers souvenirs de mangas. Cet homme, c’est Tony Valente, une méga-star dans le milieu ! Le premier français à avoir vu l’une de ses œuvres – en l’occurrence Radiant- adaptée à la télévision japonaise. Ses souvenirs, son avis sur le manga, ses succès, il nous raconte tout avec sa simplicité, à quelques jours de la sortie du 13ème tome de sa série phare.

Ce numéro de Pour Suite vous aide à comprendre en 20 minutes pourquoi les enfants d’Hélène Roussel et de Laetitia Gayet sont passionnés par les mangas. 20 minutes pour faire un voyage dans un monde de bulles, de cris, de pleurs, de joies… C’est dans Pour Suite, le podcast de la rédaction d’Inter, avec cette semaine :

Archives

  • Le 7/9 de France Inter, présenté par Hélène Roussel, le 28/08/17
  • Extrait de Ken Le Survivant - réalisé par Toyoo Ashida, Toei Animation, 1984
  • Extrait de Silent Voice - réalisé par Naoko Yamada, Pony Canyon, 2016
  • Extrait du générique de Juliette, Je t'aime, interprété par Bernard Minet, 1988
  • Extrait du générique de Jeanne & Serge, interprété par Valérie Barouille, 1987
  • Extrait du générique des Chevaliers du Zodiaque, interprété par Bernard Minet, 1988
  • Requiem - Extrait de la Bande Originale d'Akira, composée par Geinoh Yamashirogumi, 1988
  • Extrait du générique de Dragon Ball, interprété par Ariane Carletti, 1988
  • Tetsuo - Extrait de la Bande Originale d'Akira, composée par Geinoh Yamashirogumi, 1988

Pour Suite, le podcast qui éclaire l'actualité

L'équipe

  • Écrit et présenté par Hélène Roussel
  • Rédaction en chef : Thibaut Cavaillès
  • Chargé de production : Benjamin Dussy
  • Réalisation : Fanny Bohuon
  • Mixage : Julien Michel
  • Habillage musical : Kraked Unit

Vos remarques, vos avis, vos réactions : poursuite@radiofrance.com