Pour son deuxième épisode, le podcast de la rédaction de France Inter s'intéresse à la manière dont le président français tente de relancer les échanges entre Washington et Téhéran. L'enjeu est double pour Emmanuel Macron : sauver l'accord sur le nucléaire iranien et asseoir un peu plus sa stature internationale.

Il a surpris médias et dirigeants internationaux en cette fin de mois d’août, faisant du G7 de Biarritz un rendez-vous bien plus intéressant que ce que l’on pouvait espérer. Emmanuel Macron s’est permis d’inviter au pays basque le chef de la diplomatie iranienne. Mohammad Javad Zarif s’est retrouvé ainsi pour la première fois dans la même ville qu’un président américain. Configuration impensable il y a encore quelques semaines.

Visite surprise du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (en blanc à gauche) au G7 de Biarritz le 26 août 2019
Visite surprise du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (en blanc à gauche) au G7 de Biarritz le 26 août 2019 © AFP / JAVAD ZARIF’S OFFICIAL TWITTER ACCOUNT / AFP

Déjà considéré comme le référent dans la crise irano-américaine, Emmanuel Macron en devient avec ce coup d’éclat " le médiateur en chef ".

Pour son deuxième épisode, Pour Suite s’arrête sur ce sujet : Comment Emmanuel Macron s’y prend-il pour tenter de sauver l’accord sur le nucléaire iranien ?

Une bataille au double enjeu. L’un affiché : sauver cet accord qui a nécessité douze ans de négociations avant d’être accepté par toutes les parties mais qui fût déchiré par Donald Trump peu de temps après son arrivée à la Maison Blanche. L’autre enjeu, peut-être inconscient de la part du chef de l’état : redonner à la diplomatie française sa stature d’antan.

Commençons par un rappel : le 14 juillet 2015 l’Iran et les cinq pays du Conseil de Sécurité de l’ONU (France, Russie, Chine, États-Unis, Royaume-Uni) auquel il faut ajouter l’Allemagne et l’Europe signent un accord prévoyant la levée des sanctions économiques imposées à Téhéran en échange d’un contrôle strict des activités nucléaires iraniennes. 

En 2018, Donald Trump dénonce l'accord sur le nucléaire iranien

L’Iran prenait alors une grande bouffée d’air frais, son économie était relancée. Jusqu’à ce 8 mai 2018 : l’accord signé sous la présidence américaine de Barack Obama ne survit pas à l’arrivée du nouveau locataire de la Maison Blanche. Donald Trump trouve en effet que les termes du " Joint Comprehensive Plan of Action " sont bien trop favorables aux Iraniens. Il en fait sortir les États-Unis, plongeant les pays partenaires dans un embarras profond.

Chef du pôle Monde de la Rédaction Internationale de France Inter, Franck Mathevon s’est rendu à deux reprises en Iran depuis le retrait des États-Unis de l’accord : " Un pays, attachant, avec une population qui n’a rien à voir avec ses dirigeants. Quelques mois après le retrait américain l’inflation a atteint des pics incroyables, le Rial iranien s’est effondré, le chômage a augmenté. Malgré tout, les Iraniens disent : “On va résister” mais ils sont étranglés par les sanctions américaines. "

Ça n’est sûrement pas tant pour les Iraniens que pour l’économie française qu’Emmanuel Macron a décidé de se lancer dans le " sauvetage " de cet accord. Avec ses quelques 82 millions d’habitants, l’Iran est une destination essentielle pour les entreprises françaises, notamment Renault ou PSA. Pour le président français, il n’est pas non plus inutile de tenter de s’imposer comme un grand de la diplomatie, la tradition française en la matière n’étant plus à prouver.  Se tourner vers le monde, une façon pour lui aussi, peut-être, d’oublier le douloureux épisode des " Gilets Jaunes " et de tenter de reconquérir les Français en passant par une autre porte.

Regain de tension dans le stratégique détroit d'Ormuz

En mai et juin dernier, à l’occasion d’une crise dans le golfe arabo-persique, une première occasion est saisie par la France, comme l'explique Franck Mathevon : " Paris a commencé à jouer un rôle important dans ce plan de sauvetage au moment où des tensions très fortes sont apparues dans le détroit d'Ormuz . Lorsque, dans cette partie où transite une bonne partie du pétrole mondial, des attaques de pétroliers ainsi que la destruction d’un drone américain ont lieu et sont attribuées à l’Iran. "

" C'est une réponse de l’Iran aux sanctions américaines et on s'aperçoit qu'il risque d'y avoir une escalade à ce moment-là. Le but de la France est d'éviter cette escalade dans la région " analyse Franck Mathevon. Un émissaire français est envoyé à Téhéran, Jean-Yves Le Drian reçoit son homologue des Émirats Arabes Unis. Bref, la France s’efforce d’apaiser les tensions. Et semble y parvenir.

Lors du G7, Emmanuel Macron organise en secret la venue du chef de la diplomatie iranienne

Le 25 août dernier en effet, Emmanuel Macron signe son premier succès diplomatique avec un coup d’éclat. Au sommet du G7 à Biarritz, il rend possible la visite du ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. Franck Mathevon se souvient des jours précédents cette visite surprise : " Elle a été préparée deux jours avant, à l’Élysée, dans le plus grand secret. Le ministre Zarif était à Paris. Nous savions qu’il était reçu à l’Élysée, mais quand nous cherchions à avoir des informations sur la rencontre, on ne nous disait rien, aussi bien du côté de l’Elysée, que du côté de l’ambassade iranienne à Paris. On nous disait juste que le dossier était trop sensible pour nous dire quoi que ce soit à ce stade ".

On apprendra plus tard, une fois la surprise révélée, que le samedi qui précède l’arrivée de Zarif à Biarritz, Emmanuel Macron, lors d’un déjeuner en tête à tête avec Donald Trump, lui a demandé son feu vert pour que le ministre iranien les rejoigne sur la côte basque. 

Il n’y aura pas de rencontre avec le président américain, mais Donald Trump, du bout des lèvres, annonce en conférence de presse finale qu’il n’est plus si réfractaire à une rencontre avec son homologue iranien Hassan Rohani

Un coup d’éclat qui, attention, peut ne rien donner. On sait combien la question du nucléaire iranien est délicate et quelles sont les facultés de Donald Trump à mettre à mal des décisions prises après des mois et des mois de labeur.

Mais l’avancée est là. On la doit à une relation particulière entre le président Macron et Hassan Rohani, comme le raconte Cyril Graziani qui suit le président de la République pour France Inter : " Ce qui est sûr, c’est que Macron a noué une relation directe avec le président Rohani. Ce qu’on nous raconte, dans les coulisses de l'Élysée, c'est qu’ils se parlent plusieurs heures par semaine, y compris cet été lors de ses vacances au Fort de Brégançon. Emmanuel Macron semble être l’un des rares chefs d'État à avoir ce contact direct et permanent. " Ce que confirme Franck Mathevon : " La stratégie d’Emmanuel Macron c’est de tisser une relation personnelle avec les autres chefs d’États. Pour cela, il lit les télégrammes diplomatiques, il essaye d’en savoir plus sur la psychologie des autres dirigeants. Et ça il s’en sert beaucoup avec Donald Trump. "

La méthode permettra-t-elle de sauver l’accord sur le nucléaire iranien ? Rien n’est moins sûr mais avec ce premier succès diplomatique obtenu par Emmanuel Macron depuis son arrivée à l’Élysée, la France joue un premier rôle dans une crise internationale majeure. Ce qui ne lui était pas arrivée depuis bien longtemps.

Pour Suite, le podcast qui éclaire l'actualité

#2 Emmanuel Macron médiateur en chef dans la crise entre l'Iran et les États-Unis

L'équipe

  • Présenté par Bruno Duvic
  • Rédaction en chef : Thibaut Cavaillès
  • Attachée de production : Hélène Barbé
  • Réalisation : Fanny Bohuon 
  • Mixage : Vincent Godard
  • Habillage musical : Kraked Unit

Archives 

  • Donald Trump dénonce l’accord iranien : journal de 8h de France Inter le 8/05/2018
  • Emmanuel Macron se félicite d’avoir « fait baisser la pression » à la fin du G7 : journal de France 2 le 26/08/2019
  • Mohammad Javad Zarif, invité surprise du G7 : journal de 19h de France Inter le 25/08/2019
  • Donald Trump époussette la veste d’Emmanuel Macron : journal de 20h de France 2 le 28/04/2018
  • La crise dans le détroit d’Ormuz : journaux de CNBC, CNN, TF1, entre mai et juin 2019
  • Un avion officiel iranien se pose à l’aéroport de Biarritz, journal de 23h de France Inter le 25/08/2019
  • Interview d’Emmanuel Macron à la fin du G7 :  journal de France 2 le 26/08/2019
  • Conférence de presse finale de Donald Trump à la fin du G7 : site elysee.fr le 26/08/2019

Pour Suivre...