Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, Jérôme Chartier, conseiller spécial de François Fillon, analyse la défaite du candidat LR.

Jérôme Chartier
Jérôme Chartier © AFP / Bertrand Guay

Le conseiller spécial de François Fillon a réagi ce matin au micro de Patrick Cohen sur le score réalisé par le candidat Les Républicains : "Je prends ma part de responsabilité dans cette défaite."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour Jérôme Chartier, c'est une défaite de "François Fillon", non de la droite. Mais pour autant, le conseiller du candidat LR persiste à penser qu'un retrait de François Fillon, empêtré dans ses affaires judiciaires, n'y aurait rien changé pour la droite. C'était trop tard.

Il n'y a aucun plan B valable. À un mois et demi d'un scrutin ça n'existe pas. Une campagne présidentielle ça se prépare, c'est un projet, ça se construit. Et au fond, il n'y avait aucun plan B possible.

"Nous aurions eu un très grand président de la République française avec François Fillon"

Invité juste avant, Gérald Darmanin s'interrogeait sur un problème de positionnement politique à droite. Un positionnement assumé par Jérôme Chartier qui assure que François Fillon aurait été "un très grand président de la République française" : "Ça été un choix de campagne, je ne sais pas si c'était pas assez populaire. Ça a été une campagne très à droite, très structurée autour d'un vrai projet de redressement pour le pays. Je crois aussi que faire des réformes en France c'est difficile."

C'est un projet qui allait faire vivre à la France des années difficiles.

Interrogé enfin sur le second tour de la présidentielle, Jérôme Chartier a assuré sa volonté de faire barrage à Marine Le Pen, même s'il s'inquiète de la capacité d'Emmanuel Macron, qui l'affrontera au second tour, à gouverner avec une majorité, une fois élu : "J'ai toujours combattu le FN, je ne vais pas subitement arrêter de combattre le FN. Je pense que Monsieur Macron aura énormément de mal à trouver une majorité et à la construire."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les invités
  • Jérôme ChartierSecrétaire de la commission des finances à l’Assemblée Nationale et député UMP Val d’Oise
L'équipe