Encore une semaine de tension au Proche Orient. Tirs de mortiers contre réplique sur les positions du Hamas. Deux semaines après les accrochages qui avaient suivi l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. De part et d'autre on ne pense plus au processus de paix. Sébastien Sabiron revient de Jérusalem.

4 ans qu'un tel niveau de violence n'avait été atteint. Une soixante de mortiers ont été tirés depuis Gaza sans faire de victimes et la riposte israélienne a été immédiate en début de semaine. L'armée a bombardé les sites du Hamas, infligeant aux dires de Benjamin Netanyahu le coup le plus dur qui soit aux groupes armés de Gaza. Sans que personne ne puisse vérifier la véracité d'une telle déclaration

De part et d'autre, la guerre de l'information accompagne les offensives armées. Et le processus de paix est désormais systématiquement accompagné du participe passé. Enterré. Mort et enterré avec Yitszhak Rabin assassiné le 4 novembre 1995. Mort et enterré avec le leader palestinien Yasser Arafat

Sebastien Sabiron grand reporter de France Inter rentre de Jérusalem et des territoires. Il a couvert les tensions qui ont suivi l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. Sur place, plus personne ne croit vraiment à l'idée de la paix .Israël attend un signe de Washington et les palestiniens une implication un peu plus marquée. Les deux camps ne discernent aucun mouvement en ce sens. 

L'entretien dans sa version longue avec Eric Valmir  en podcast et dans sa version courte en vidéo 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.