Sur la route des migrants, faire demi-tour est synonyme d'échec. Au Sénégal, une génération voit le jour : celle des Repats. Ré-émigrer signifie revenir chez soi et en faire un but, non un choix par défaut. Géraldine Hallot s'est rendue au Sénégal pour aller à leur rencontre. Elle livre les coulisses de ses reportages.

Sénégal (capture d'écran)
Sénégal (capture d'écran) © Géraldine Hallot

On les désigne par le terme de « repat » diminutif de « repatriés » ces migrants qui ont rebroussé chemin et qui vantent à leur retour un patriotisme qu’ils ne portaient pas quelques mois auparavant. Ces ré-émigrés partis à la recherche d’une vie meilleure en Europe sont revenus sur les terres où ils ont grandi. Mais ces exemples ne valent que dans les pays jouissant d’une bonne santé économique. Cette tendance ne peut être généralisée à l’échelle du continent. Le Sénégal est un des rares pays à enregistrer ces flux  et reflux de population. 

Géraldine Hallot, grand reporter à France Inter,  qui avait sillonné la route des migrants en décembre dernier, cette route parsemée de ghettos, est donc partie en sens inverse à la découverte de cette particularité sénégalaise

On a pu entendre ces reportages dans le zoom de la rédaction d’Inter le mercredi 25 mai et plus en longueur dans Interception dimanche dernier. 

Les questions sont nombreuses. Pourquoi revenir si au moment du départ l’absence de perspectives incitait à l’exil ? Sur quels points la France et l’Europe ont-elles générés des désillusions ? Quel est le profil de ces Sénégalais sur le retour ? Comment Géraldine a-t-elle travaillé sur le sujet ? 

Profession Reporter, les Repats du Sénégal. Géraldine Hallot répond à Eric Valmir.  Ecoutez la version longue de l'itw en podcast et la version courte ici en vidéo par Clara Sarfati et Colas Zibaut. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.