Kits de protection et micro perche pour rester à distance des personnes interrogées, les reporters de Radio France sillonnent le pays pour évoquer la réalité de la France au temps du Covid. Les sujets qui font débat et comment les différentes régions sortent progressivement du confinement. Benjamin Illy reporter.

Un TGV médicalisé
Un TGV médicalisé © Radio France / Benjamin Illy

Un TGV médicalisé change à jamais les regards que l'on peut avoir sur les trains, des élèves handicapés qui reviennent à l'école et qui remercient leurs professeurs de ne pas les avoir oubliés, la solitude à la campagne encore plus marquée quand les commerces itinérants ne viennent plus, Benjamin Illy grand reporter de franceinfo a croisé depuis le début de crise des situations inédites pour tout le monde. Les protagonistes qui les vivaient, le journaliste qui les racontait.

Le sel du métier est là. Ce n'est pas forcément à l'autre bout de la planète sur une zone de conflit que l'on appréhende les situations les plus difficiles, les plus complexes. Être reporter au front n'exempte pas de sensations difficiles à évaluer jusqu'en bas de chez soi. Ce n'est pas la distance ou l'éclat d'un breaking news qui régule le champ des émotions et de la réflexion. 

Benjamin Illy fait partie de ces reporters qui savent être dedans et dehors. Intégré au terrain, il se fond littéralement dans son reportage, colle au plus près de ses interlocuteurs, même avec une perche et un masque entre eux, mais sa voix marque une distance, celle qui est nécessaire au recul et à la contextualisation du fait que l'on porte à la connaissance des auditeurs. 

Dans cette chronique qui durant la crise, donne chaque dimanche sans question, le micro aux reporters pour qu'ils se racontent, Benjamin oublie sa pudeur et revient sur toutes les situations qui l'ont marquées. Jusqu'à sa voisine, qu'il vient de découvrir. Une dame âgée. Sa voisine mais qui est aujourd'hui bien plus qu'une voisine

Profession Reporter avec Benjamin Illy de franceinfo

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.