La caricature de la rubrique "chiens écrasés" dont est affublée la presse locale ne reflète pas la réalité. Le journalisme de proximité a toujours été un poumon de la profession. De la dénonciation des inégalités territoriales aux initiatives locales pionnières. Le tout porté souvent avec l'accent de la diversité.

Tanguy Bocconi (France Bleu Roussillon) dans une réunion publique
Tanguy Bocconi (France Bleu Roussillon) dans une réunion publique © Radio France / Tanguy Bocconi

Inégalités territoriales, déserts médicaux, infrastructures en panne, région désenclavée, mais aussi des initiatives locales pionnières qui peuvent être des réponses à des problématiques plus globales, la vie des régions est auscultée par les presses locales. France Bleu, réseau de quarante quarante radios scrute l'actualité des territoires. Les micros qui se tendent dans les coins les plus reculés vont au delà de l'exercice journalistique. Ils forment un lien. C'est une chose de vivre des difficultés, ne pas en entendre parler dans la presse est un facteur isolant supplémentaire. Ce micro, on le prend parfois pour une bouée. L'appétit de dialogue et de transmission est fort. 

La profession reporter en locale n'est pas à prendre à la légère. Il n'existe pas un journalisme d'élite, celui qui passe les frontières et les lignes de front et un autre qui serait de deuxième division en ruralité. Parler des problématiques du bout de la rue demande autant d'exigence que décrypter la géopolitique irako-syrienne. 

Et contrairement aux idées reçues, la désertification des campagnes et la crise agricole ne sont pas les seuls éléments à retenir. Il n'y a pas que des points négatifs. Le journalisme de solution, notamment sur les questions de développement durable, prend racine dans des démarches locales, qu'elles soient individuelles, associatives, ou collectives. 

Profession Reporter ce matin avec Tanguy Bocconi, journaliste de la rédaction de France Bleu Roussillon à Perpignan. Un reporter avé l'accent et qui le revendique. A une époque où l'on ne parle que de diversité, Tanguy s'étonne de voir les accents retenus dans leurs régions d'origine et guère audibles à l'échelle nationale dans la sphère audiovisuelle

Cet entretien est à réécouter en podcast ou en téléchargement 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.