Visée par l'Union Européenne après les révélations des Paradise Papers, l'île de Man se défend d'être un paradis fiscal. Jérome Jadot était sur place quand les affaires ont éclaté. Cette petite île en mer d'Irlande, sous couronne britannique mais indépendante ne s'attendait pas être désignée de la sorte

Une cliente prend son argent après avoir utilisé un guichet automatique à une succursale d'une banque de l'île de Man le 8 novembre 2017.
Une cliente prend son argent après avoir utilisé un guichet automatique à une succursale d'une banque de l'île de Man le 8 novembre 2017. © AFP / PAUL ELLIS

Des palmiers et du sable blanc à l'autre bout du monde, les paradis fiscaux portent habituellement un parfum exotique. L'île de Man revêt d'autres caractéristiques. Battue par les vents au large de l'Angleterre sur la mer d'Irlande, ce bastion du tourisme britannique au siècle dernier a vu, à l'apogée du low cost, sa clientèle se détourner vers les destinations méditerranéennes. C'est alors que progressivement, dans un instinct de survie, l'île de Man a misé sur les produits financiers et les jeux en ligne. Cette nouvelle orientation en fait aujourd'hui un paradis fiscal. "Attention, prévient, Jérôme Jadot, grand reporter à France Info, c'est un mot tabou là-bas".

Dans un mode globalisé avec la concurrence érigée en règle du jeu, la taxation zéro est un moyen d'attirer les investisseurs. "Ce n'est pas moral, dit un interlocuteur de Jérôme, mais la loi n'intervient pas dans le domaine de la morale". Quand un scandale de la nature des Paradise Papers éclate, le reporter alors sur le terrain éprouve toutes les peines du monde à obtenir des réactions. Souvent une communication de crise se réfugie dans le silence. C'est l'omerta. Même dans les couches les plus humbles de la petite société de l'île n'ont pas été indignées par ces révélations. Ne pas payer d'impôts compense le prix exorbitant à la consommation inhérent à l'insularité. Ainsi réagit la classe moyenne au micro de Jérôme Jadot. 

Pour rappel, les grandes lignes qui incriminent l'île de Man : 30 000 entreprises pour 100 000 habitants, une entreprise pour trois habitants. Plus des deux tiers seraient des coquilles vides. Au milieu de ces boites aux lettres sans locaux, Appleby, un cabinet d'avocats qui interviendrait sur le scandale des jets privés et la création de sociétés écran. 

Ce territoire de 570 kilomètres carrés compte 950 avions privés dans ses registres. Ce qui place l'île de Man en deuxième position du continent Européen derrière l'Allemagne. 950 jets et un Jetcenter flambant neuf. Mais quand Jérome Jadot se présente dans le hangar, il n'y a qu'... un appareil. 

Jérome Jadot avec Eric Valmir le chef du service reportage de France Inter. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.