Le palmarès de la 25ème édition du Prix Bayeux dévoilé hier soir devant une salle comble a récompensé de nombreux reportages tournés au Bangladesh autour de la situation des Rohingyas. Nicolas Bertrand et Thomas Donzel pour France 2 enlèvent le prix TV. Julie Pietri et Marcos Darras pour France Inter le 2ème prix radio

Les Rohingyas sur la route du Bangladesh
Les Rohingyas sur la route du Bangladesh © Radio France / Marcos Darras

Jamais les Rohingyas n'auront autant fait parler d'eux à Bayeux. Il y a dix ans, la journaliste Sophie Ansel qui vit aujourd'hui en Australie et qui signe une nouvelle version des Innomables en librairie, "D'abord  ils ont effacé notre nom", était la seule à évoquer leur sort. Au moment du terrible exode de l'an dernier, les rédactions ont envoyé leurs reporters couvrir cet important déplacement de population. Les Rohingyas fuyaient les exactions de l'armée birmane pour se réfugier dans les camps, de l'autre coté du fleuve au Bangladesh. Nicolas Bertrand pour France 2, (Prix TV grand format : les damnés de la Birmanie à revoir ici) et Julie Pietri pour France Inter (2ème prix radio : L'enfer de la traversée à réécouter ici) estiment que la reconnaissance de leurs reportages arrive à point nommé pour alerter à nouveau sur la situation des Rohingyas. Un million de personnes massées dans les camps avec tous les signaux au rouge. Humanitaires et sécuritaires.  Le prix du public a également récompensé la photographe Paula Bronstein pour son travail auprès des Rohingyas.

Nicolas Bertrand et Julie Pietri répondent aux questions d'Eric Valmir, le chef du service reportage de France Inter. 

Le PALMARES BAYEUX 2018

Bravo à Gwendoline Debono (Europe 1) qui enlève le prix Radio avec son reportage sur les femmes djihadistes en Syrie. La TV en format court revient à Nina Elbagir, Alex Platt et Raja Razek (CNN) pour ce reportage sur la vente aux enchères d'esclaves en Libye. Reportage qui a fait bouger les consciences. 

Deux récompenses majeures en presse écrite : Jean Philippe Remy du Monde pour le Yémen en guerre. Et Kenneth R. Rosen (The Atavist Magazine) pour son travail sur les mercenaires du diable en Irak. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.