Difficile de concéder que les migrants subsahariens embellissent l'économie algérienne. Difficile pour les pouvoirs publics de l'assumer. Pourtant, il y a là une part de réalité que dévoile le reportage de Leila Beratto, journaliste free-lance pour RFI et Radio France installée à Alger. Un reportage primé à Bruxelles.

La main d'oeuvre des migrants subsahariens
La main d'oeuvre des migrants subsahariens © Radio France / Leila Beratto

Le poids économique que représente la main d’œuvre des migrants subsahariens est réelle dans les pays de l'Europe du Sud, notamment dans les exploitations agricoles. En Algérie, c'est une réalité encore plus criante.  Ils participent à la vitalité économique du pays, mais les pouvoirs publics ne peuvent le reconnaitre, histoire de rester au diapason d'une opinion qui sous entend que les Africains de l'autre coté du Sahara viennent prendre le travail des Algériens. En fait, comme souvent, ils prennent surtout les emplois dont ne veulent pas les Algériens. BTP, ménages, agriculture, des labeurs durs pour la plupart. 

Les entrepreneurs aussi ne s'expriment pas facilement. Ils emploient une main d’œuvre souvent compétente et sous payé. Qu'importe d'être dans l'illégalité, les bénéfices sont trop importants. Mais aucun chef d'entreprise ne le dira dans le micro ou face à une caméra. 

Le reportage de Leila Beratto, pigiste pour RFI et Radio France est instructif à plusieurs niveaux. C'est la chronique d'une économie souterraine car visible, mais on détourne les yeux, on regarde ailleurs, on fait un tabou d'un sujet qui se trouve sur la place publique. 

Le reportage de Leila "des migrants intégrés malgré tout" est à réécouter ici. 

Leila Beratto par ailleurs, co-fondatrice de Terminus Algérie, un site qui documente les phénomènes migratoires. C'est ainsi que Leila a pu monter ces reportage primé ce mois ci à Carthage par le Migration Media Award.

Leila Beratto répond à Eric Valmir. Un prix important qui vient éclairer aussi la situation précaire des journalistes pigistes à travers le monde. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.