Kits de protection et micro perche pour rester à distance des personnes interrogées, les reporters de Radio France sillonnent les routes de l'Europe à l'heure du coronavirus. Après le déconfinement et la réouverture des frontières, l'Europe du Sud ne veut pas manquer sa saison touristique, mais aucun vacancier en vue.

Venise déserte attend ses touristes
Venise déserte attend ses touristes © Radio France / Gilles Gallinaro

Aller de Venise à Corfou par la route, longer la côte Adriatique et rendre compte du retour de la vie. La saison estivale est un poumon de la vie économique de l'Europe du Sud. Sorties du confinement et profitant de la réouverture des frontières, les infrastructures touristiques se relancent. 

Eric Biegala, grand reporter de la rédaction internationale de Radio France et Gilles Gallinaro ont été pris dans ce paradoxe : couvrir le redémarrage du tourisme sans un touriste sur place. Des soirées qui attirent des milliers de personnes sur les plages croates avec seulement une quinzaine de jeunes sur place, Venise et Dubrovnik désertes. Et des frontières pas si ouvertes que ça par endroits. 

500 kilomètres par jour, des paysages déserts avalés et l'inquiétude des protagonistes croisés de vivre une saison pas comme les autres et sans doute difficile. Mais en revanche, c'est le tourisme à taille humaine qui sera le grand gagnant de l'été 2020 sur les plages de l'Adriatique. Les étrangers ne viendront pas, les Français, les britanniques, les Allemands, les Australiens, et cette absence portera un coup au tourisme de masse. Aucun vacancier sur place ne s'en plaindra. Les professionnels du tourisme eux engagent, eux, un travail de réflexion sur de nouveaux modèles à inventer. 

Profession Reporter avec Eric Biegala

Programmation musicale
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.