Dans un décor d'Almodovar

Dès qu’on évoque le nom du réalisateur espagnol Pedro Almodovar, d'emblée les clichets fusent, la passion, le rouge, l'humour décalé et noir... De Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier à Tout sur ma mère , en passant par Femmes au bord de la crise de nerf , La Mauvaise éducation ou Attache-moi , Almodovar cultive l’art des paradoxes : le profond dans le superficiel, la superficialité profonde, la femme dans l’homme, l’homme dans la femme, la drogue comme amour et l’amour qui se fait drogue, et fait intervenir dans tout ce marasme des bouleversements violents, armés et saignants, pour venir rétablir le bon ordre de chacune de ses histoires. Faut il en retenir une quelconque morale ? On s'en fiche.

Penelope Cruz dans Talons Aiguilles
Penelope Cruz dans Talons Aiguilles © CC

Claude Nougaro , Cinema, Live à l’Olympia 69 , Mercury, 2004Luz Casal, Piensa en mi, Inca Music , 2003Extrait Talons aiguillesChavela Vargas , Paloma Negra, Deutsche Gramophone, 2002Extrait Talons aiguillesAntony and the Johnsons , You are my sister , Rough trade records, 2012Marc-Antoine Charpentier , David & Jonathas, Ciel quel triste combat en ces lieux me rappelle, Orchestre des Arts Florissants, Harmonia Mundi, 2012Adam & the Ants , Plastic surgery , Columbia, 2000Extrait VolverRyuchi Sakamoto , Bo Talon aiguille , Island, 1992Jeanette , Porque te vas , MK2, 2004Manuel de Falla , Les jardins d’Espagne, Alicia de Larrocha et Orchestre de la Suisse romande , Decca, 2003Caetano Veloso , Currucucu Paloma , Milan, 2002Olivia Ruiz , Volver , Polydor, 2012

Les reprises

Qu’il s’agisse de la peinture, de l’écriture ou de la musique, l’apprenti passe maître en copiant. Reprendre une chanson, se la réapproprier, peut être une forme de de reconnaissance, d’hommage au titre ; il peut aussi être une forme d’ironie musicale, un détournement au sens debordien du terme. En effet, reprendre une chanson peut tout aussi bien induire une distanciation : on réutilise suffisamment de codes de ce discours qui puisse le rendre identifiable, tout en donnant à entendre ce à quoi on ne souscrit pas. L’œuvre déjouée, le cover, tient en ce paradoxe : il est un hommage, mais nie autant l’hommage qu’il est en le corrigeant avec les ingrédients de sa propre composition.

Django Reinhardt
Django Reinhardt © CC

Extrait PodiumCake,I will survive , Capricorn Records, 1996Medley “My way-comme d’habitude(Claude François, Danny Brillant, Nina Simone, Pavarotti-Sinatra, Sex Pistols, Elvis ‘the King’ Presley)Kellylee Evans , Lose Yourself , Universal, 2013Extrait Jean-PhillipeBlack Eyed Peas & Sergio Mendes , Mas que nada , Universal, 2006Django Reinhardt , Liebestraum n°3 , Capitol, 2003Tok Tok Tok , Walk on the wild side , BHM, 2005Stravinsky , Petrushka, Orchestre de la Suisse romande , Chandos, 1993Coolio , Staying alive , Warner, 2003Danyel Waro , La mauvaise réputation , L’autre distribution, 2011Extrait PodiumMetallica , mission impossible themeAngelique Kidjo , Lonlon, Bolero de Ravel , Wrass, records, 2012Justice , Genesis , Ed Banger, 2007

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.