En compagnie d’Elisabeth Pellegrin- Genel, architecte, urbaniste, nous sommes allées du côté de la Porte de Pantin, dans l’est Parisien, à la recherche des dernières friches de la Capitale.

Et nous sommes tombées sur un terrain vague doublé d’une vraie forêt vierge… ça a été plutôt sport ! un enchevêtrement de branchage, un lieu presque inaccessible…

Elisabeth n’en revenait pas que ce no man’s land existe au bord d’une avenue si construite et nous nous sommes interrogées sur le sort réservé à ces lieux laissés à l’abandon, sur l’importance qu’ils existent de même de manière éphémère et sur les questions que cela pouvait soulever sur les autres manières d’habiter la ville…

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.