L'EMISSION

Elle est née à Thionville. Ils sont nés à Angers et Trappes. Elle a commencé seule dans les bars accompagnée de sa guitare et sa grosse caisse. Ils ont débuté en sillonnant l’Europe, partant avec leur propre camion sans label ni tourneur. Elle se souvient du concert fêtant la sortie de son premier album au Palace vêtue d’un manteau pailleté avec une entrée en scène sur la musique de Peau d’âne. Ils se souviennent du festival Playground en Corée du sud où ils ont joué sous un déluge d’eau devant 500 petites créatures enroulées dans des panchos. Ils aiment aussi bien Steve Reich, Nirvana, 2 Unlimited, que Ultra vox, les Stones Roses, Jimy Hendrix et même le zouk. Elle aime aussi bien PJ Harvey, Emiliana Torrini, les préludes de Chopin, Françoise Hardy, Barbara, que les chansons des films de Jacques Demy Peau d’âne. Elle a suivi l’école des beaux arts de Marseille. Ils se sont connus et reconnus aux Beaux Arts à Nantes. Elle a été serveuse au Café de la Danse, a découvert que dans le milieu associatif on portait parfois des noms drôlement pittoresques, "les loukoumes rebelles", "Ramona Lulu", "les compagnons de la tête de mort". Ils ont fait exprès de choisir un nom de groupe qui ravive l’attraction inconsciente que la gente féminine porte au poney shetland. Elle dit aujourd’hui "la place du fantôme, c’est l’historie d’une présence qui m’a manqué, que j’ai cherché et qui n’est jamais arrivé". Ils ont dit "Dans la musique que l'on fait, il y a des espèces de vieux fantômes du passé, on essaie d'arriver à une sorte d'harmonie, une espèce de frisson adolescent, parfois un peu épique, un peu triste, un peu de mélancolie, parfois juste de la connerie." Elle est auteur compositeur interprète. Eux non plus. Elle s’appelle La grande Sophie. Ils s’appellent Pony Pony Run Run. 7 initiales pour seulement deux noms d’artistes. Sophie. Pony Pony Run Run. SPPRR. Non ce n’est pas le service de partage de prestation du régime des retraites. C’est Sophie (très grande) qui rencontre Pony Pony Run Run, sur France Inter le drôle d’endroit pour une rencontre au sommet de la pop.

LA PLAYLIST

LA GRANDE SOPHIE | ne m'oublie pas | album : la place du fantôme (polydor)

PONY PONY RUN RUN | everywhere I go | album : pony pony run run (3ème bureau)

extrait : Françoise Hardy | la maison où j'ai grandi

extrait : Françoise Hardy | message personnel

extrait : Françoise Hardy | mister

LA GRANDE SOPHIE | suzanne | album : la place du fantôme (polydor)

extrait : Tangerine Dream | ricochet

extrait : Pavement | range life

extrait : Corona | the rhythm of the night

extrait : Michael Jackson | don't stop til you get enough

extrait : Devo | Satisfaction

LE MIX LIBRE

Chaque mois, "Quand la musique donne" présente son Mix Libre.

4 artistes, 4 nouveautés, 4 extraits, 4 sources de plaisir.

Ce mois-ci découvrez...

# CLARK feat. MARTINA TOPLEY BIRD

"Secret" extrait de "Iradelphic"

Warp | site officiel

# 1995

"La suite" extrait de "La suite"

Polydor | site officiel

# ARIANNE MOFFATT

"Mon corps" extrait de "Ma"

Sony | site officiel

# TRISTESSE CONTEMPORAINE

"I didn't know" extrait de "Tristesse Contemporaine"

Pschent | site officiel

LES INVITES

LA GRANDE SOPHIE

"La place du fantôme",titre troublant pour le sixième album de La Grande Sophie. "C’est l’histoire d’une présence. Qui m’a manqué. Que j’ai cherchée. Et qui n’est jamais arrivée…". Ce disque-ci nous arrive à point. Il a longtemps mûri. Il s’est nourri, notamment, des trois dernières années, très riches, de la Grande Sophie.Comme une ride d’expression à la surface du coeur, ce sixième album creuse un sillon, amorcé avec Des vagues et des ruisseaux : les chansons y sont plus introspectives, moins enjouées qu’auparavant. Sophie semble avoir rangé une fois pour toutes la petite girafe (presque) éponyme qu’elle a longtemps portée comme une relique d’enfance – forcément gaie et insouciante –, pour apparaître enfin telle qu’elle est, assumant avec authenticitéet sincérité sa propre étrangeté.

[extrait bio officielle]

| site officiel

| les dates de concert

PONY PONY RUN RUN

En intitulant leur premier album "You Need Pony Pony Run Run", Gaëtan, Amaël et Antonin avaient vu juste. Sorti en 2009, le disque, porté par le carton du tube "hey you" s'est vu couronné d'un formidable succès, à la fois critique et populaire. "On ne peut jamais s'attendre à un tel succès, commente le chanteur Gaëtan. D'autant que lors de la création des morceaux, il n'est pas question de faire quelque chose pour plaire spécifiquement. Le seul moteur reste l'envie de créer". Cette envie donne lieu à un deuxième album : simplement baptisé "Pony Pony Run Run". Formé sur les bancs de l'école des Beaux Arts de Nantes en 2005, où les frangins angevins Gaëtan et Amaël rencontrent celui qui deviendra leur clavier Antonin, Pony Pony Run Run a pris le temps d'apprendre la patience et la persévérance, évitant ainsi les feux de paille et les lendemains qui déchantent auxquels Internet a condamné tant de groupes trop pressés.

[extrait bio officielle]

| site officiel

| les dates de concert

LES BONUS

Evénement(s) lié(s)

Les Victoires de la musique 2012

Les liens

INA, le site officiel

le site officiel de AGORIA Agoria a réalisé le générique de l'émission "Quand la musique donne".

Les invités

Les références

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.