L'EMISSION

Ils sont nés à Paris. Il est né à Colmar. Ils ont démarré dans une cave à Montreuil, baptisé le Blok. Il y a eu comme un geste politique et visionnaire d’intituler son premier collectif "Dernière bande".

Il y a eu chez eux cette jubilation de franchir le mur du son. Il y a chez lui cet irrépressible besoin d’appréhender la musique comme une mise en circulation. Ils ont pris d’assaut un jeu video avec un jouet d’enfant et des millions de japonais ont joué sur leur chanson. Il a pris la Bastille imprenable de la littérature pour irriguer son rock mutant. Pour eux, le rock est comme une expérience subjective. Pour lui, sa vie a été sauvée deux fois, la première fois par le rock, la deuxième par le Velvet. Ils ont écrit sur l’adolescence parce qu’il ne pouvait pas en être autrement. Il a inventé le pamphlet sonore parce qu’il fallait se mettre en colère. Ils ont fait la première partie du groupe the Rapture à Nashville. Il a sonorisé le pavillon français à l’exposition universelle D’Aichi. Ils font du rock. Lui non plus. Ils sont coincés dans le son. Lui non plus. Ils s’appellent Stuck in the Sound. Il s’appelle Rodolphe Burger. Deux noms pour trois initiales : RBS comme Rodolphe Burger Stuck. Non ce n’est pas Scotish Bank of Scotland/ni radio bienvenue Strasbourg, ni même la méthode RBS de l’analyse par faisceau d’ions. C’est Rodolphe Burger et Stuck in the sound qui se rencontrent sur France Inter, notre drôle d’endroit pour une rencontre.

HOMMAGE | PATRICIA BONNETAUD

Patricia Bonnetaud
Patricia Bonnetaud © Radio France

LA PLAYLIST

RODOLPHE BURGER | Waiting for my man | album : This is Velvet Underground song that I'd like to sing (Dernière Bande)

extrait : Velvet Underground | Heroïn | White Light/White Heat | Sister Ray

STUCK IN THE SOUND | Brother | album : Pursuit (Discograph)

RODOLPHE BURGER | Sunday Morning | album : This is Velvet Underground song that I'd like to sing (Dernière Bande)

extrait : Daniel Balavoine | le chanteur | vivre ou survivre

STUCK IN THE SOUND | Tender | album : Pursuit (Discograph)__

extrait : ARTHUR | Baba Love

LES INVITES

STUCK IN THE SOUND

La sortie d’un troisième album, c’est une étape particulière dans la carrière d’un groupe. Quand Stuck enregistrait son premier EP, José, le chanteur, prophétisait déjà que ce serait le vrai moment décisif – ce qui était sans doute aussi une manière de tenir le stress du présent à distance. Et voilà que dix ans plus tard, ce troisième album est fini, composé, enregistré, mixé. Il y a dix ans, on se demandait déjà à quoi il ressemblerait. Quelle tonalité il aurait. Comment le groupe aurait évolué. Qui en ferait encore partie. Après l’agitation des tournées du deuxième album, plutôt que de réfléchir à une stratégie de conquête du monde, ils se sont fabriqués leur propre studio à Montreuil – construit de leurs petites mains de A à Z, devenant ouvriers en bâtiment pour quelques mois. Ils ont bâti leur nid à l’écart de l’agitation pour mieux revenir à l’essentiel : le son.

Avec Pursuit, les quatre garçons ont réussi quelque chose de très rare : composer exactement ce dont ils avaient envie, en se concentrant uniquement sur la musique, en travaillant et retravaillant chaque titre séparément. Il n’est pas question d’album-concept ici. Les Stucks sont revenus à la seule chose qui compte : des chansons qui chacune se suffisent à elles-mêmes, possèdent leurs propres cohérence et logique internes. Le troisième album, c’est celui dont les groupes crèvent ou auquel ils survivent. Les Stucks ont réussi à l’aborder en oubliant ce dilemme. Sans calcul, sans marketing, sans chercher à deviner ce qui serait à la mode dans quelques mois. Avec la sagesse de simplement composer ce qui leur plaisait, ce qu’ils avaient au fond des tripes. S’il y avait un concept dans Pursuit ce serait sans doute celui-là : le principe de plaisir. Et on sait que c’est le meilleur moyen pour réussir à le faire partager aux auditeurs.

[site officiel](http://www.stuckinthesound.com/En cache - Pages similaires)

STUCK IN THE SOUND EN CONCERT

toutes les dates ici

22 mars 2012 | PARIS

La Cigale

RODOLPHE BURGER

A force d'arpenter les chemins du son, le chanteur-guitariste Rodolphe Burger est aujourd'hui l'un des grands voyageurs du rock français, et l'un des plus prolifiques. Son univers musical, nourri des expériences les plus diverses, entretenu par des rencontres à première vue improbables, s'apparente à une galaxie en constante expansion. Entre rock mutant, boucles de mélancolie obsessionnelles, effluves de jazz, électronique acide ou lunaire et poésie contemporaine, impossible de ranger son oeuvre dans une seule boîte. Et ça tombe bien : Rodolphe ne veut pas de ça. En bon globe-trotter, il a choisi l'itinéraire bis, empruntant sans relâche les sentiers de traverse : le but du voyage n'est jamais la destination, mais le voyage lui-même. Rodolphe Burger transforme les fonds baptismaux du rock en une véritable fontaine de jouvence pour nous plonger de façon amusée dans un fleuve d'énergie électrique, pure et gracieuse. S'envolant au-delà du mythe, il s'affranchit de l'encombrant pour ne garder que l'essentiel : cette matière magnifiquement épaisse dont on fait les grands disques. Rendre hommage au Velvet Underground aujourd’hui, c’est pour moi faire un retour sur le moment où, il y a 30 ans exactement, j’ai décidé de « refaire » de la musique. Sans ma découverte du Velvet Underground, assez tardive au fond, puisqu’elle date de 1976 environ, je n’aurais sans doute jamais entrepris pour ma part de « retour » à la musique et à l’expérience de groupe qui a débouché plus tard sur la création de Kat Onoma.

site officiel

RODOLPHE BURGER EN CONCERT 16, 17, 18 et 20 février 2012 | PARIS

Théâtre de la Cité Internationale

  • GUESTS lundi 20 févrierRodolphe Burger et Mathilde Monnier invitentJeanne Balibar, Massimo Furlan, Didier Galas,Mathieu Grenier, Gérald Kurdian, ArthurNauzyciel, Rosemary Standley (Moriarty), MarkTompkins pour une soirée exceptionnelle12 mai 2012 | PERPIGNAN Théâtre de l'Archipel

LES BONUS

Les liens

INA, le site officiel

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.