L'EMISSION

Elle est née à Grenoble. Il est né à Bastia. Elle a toujours chanté juste/ Il s’est longtemps dit « il faut que je chante juste ». Elle dit « le succès pour un artiste en développement, c’est un moment charnière où l’on peut devenir très con ». Il a dit « je ne veux pas être incompris mais je ne veux pas être compris à tout prix ». Elle a sûrement été influencé par son film préféré « Le pirate » de Vincente Minelli : musique Cole Porter avec Gene Kelly et Judy Garland. Il y a toujours un peu de Toby Damnit de Federico fellini dans son paysage mental, peut-être selon lui le plus beau film de tous les temps parce qu’avec Terence Stamp le cinéma sort de son enveloppe charnelle ». Elle a dit « je suis une fille facile quand je suis bourrée. Il est assez d’accord avec Yves Adrien plumitif culte de la culture rock qui écrivait il y a deux trucs qui foutent en l’air les gens de talent : la drogue et les mondanités. Elle a fait un succès d’un cheap show/Il a fait d’un écrivain un chanteur. Elle a été entertaineuse, puis chanteuse et fait aujourd’hui la synthèse des deux disciplines. Il a été entrepreneur, chanteur, producteur, et fait aujourd’hui la somme tranquille de toutes ces activités

Elle a voulu retrouver la liberté stupéfiante des chanteuses des années 30, mais aussi faire rire et pleurer en même temps. Il a appelé son album « toutes directions » pour nous rappeler qu’il n’est pas obligatoire de créer des chansons qui étaient déjà datées quand il était bébé. Elle a osé faire un album de reprises de chansons pas connues. Il considère la chanson comme une grille de mots croisés. Elle est auteur compositeur interprète. Lui non plus. Elle s’appelle Anais. Il s’appelle Bertrand Burgalat. Deux initiales pour deux prénoms. Anaïs Bertrand. AB non ce n’est pas AB productions ni même le label de l’agriculture biologique dont il sera question cet après midi. C’est Anaïs Bertrand Burgalat qui se rencontrent pour la première fois sur France Inter, l’endroit pour une drôle de rencontre.

LA PLAYLIST

ANAÏS | titre : Le tango stupéfiant | album : A l'eau de javel (Polydor)

BERTRAND BURGALAT | titre : Bardot's dance | album : Toutes directions (Tricatel)

ANAÏS | titre : Mon Dieu | album : A l'eau de javel (Polydor)

BERTRAND BURGALAT | titre : Bar Hemingway | album : A l'eau de javel (Polydor)

LE MIX LIBRE

Chaque mois, "Quand la musique donne" présente son Mix Libre.

4 artistes, 4 nouveautés, 4 extraits, 4 sources de plaisir.

Ce mois-ci, découvrez...

# OXIA featuring Mesparrow

"Traveling" extrait de "Tides of mind"

InFiné | site officiel

# ST MICHEL

"I love Japan" extrait de "Extende Play n°1"

Dièse Productions | site officiel

# OIL

"Rock hit" extrait de "Black Notes"

Discograph | site officiel

# SASCHIENNE

"Unknown" extrait de "Unknown"

Kompakt | site officiel

LES INVITES

ANAÏS

« A l’eau de javel » peut s’entendre comme un hommage aux formidables chanteuses françaises qui remplissaient les salles dans la première moitié du XXe siècle. Elles s’appelaient Marie Dubas, Mistinguett, Edith Piaf bien sûr, Rina Ketty, Eliane Embrun, Denise Provence… Et elles inventaient un style. « Elles se créaient leur personnage, ce qui faisait qu’après, elles pouvaient tout se permettre. Et elles se permettaient tout. Moi aussi, j’ai besoin de sortir des sentiers battus. Je voulais garder leur folie pour leur rendre hommage mais sur des musiques d’aujourd’hui. »

Dans ce troisième album, Anaïs a fait de la chanson fantaisiste, cousine de la chanson réaliste, non pas un souvenir d’hier mais un emballement d’aujourd’hui. Elle a choisi à la fois des chansons d’amour – qui n’ont pas vieilli d’une larme – et des histoires de dérives où drogues en tous genres et pauvreté chronique se rejoignent avec un côté « trash » que ne renierait pas le plus dur des rappeurs. C’est dire la modernité de ces textes. Loin des paroles passe-partout qu’on nous sert trop souvent aujourd’hui, ils sont incisifs et sombres, pétillants et insouciants.

[extrait bio officielle]

| site officiel

| les dates de concert

BERTRAND BURGALAT

Les piétons ne connaissent pas cette émotion presque métaphysique que l’on ne connait qu’au volant. Au carrefour, un panneau « toutes directions ». Est-ce vraiment une route qui mène partout? Si on osait, soudain, partir vers « toutes directions » ? Et si on y va, jusqu’à quand les panneaux promettront-ils « toutes directions » ? Quand Bertrand Burgalat décide d’intituler son album Toutes directions , c’est aussi pour retrouver ce vertige délectable et suavement angoissant. Oser soudain se dire que l’on ne sait pas où l’on va, tout en sachant qu’aucune route ne conduit vraiment nulle part… Cet album est celui d’un maître français de la pop, d’un expérimentateur forcené, d’un joaillier du son, d’un arrangeur inquiet, d’un virtuose instinctif… Toutes directions raconte Burgalat le post-moderne, Burgalat le futuriste, Burgalat le baroque, Burgalat le janséniste, toutes les manières qu’on lui connait ou qu’on rêve de lui. En quinze chansons, il nous rappelle combien sa position est singulière dans le paysage musical et il nous entraine loin ailleurs.

[extrait bio officielle]

| site officiel du label tricatel

| nouvel album à paraître le 16 avril 2012

LES BONUS | VIDEO

Les liens

INA, le site officiel

le site officiel de AGORIA Agoria a réalisé le générique de l'émission "Quand la musique donne".

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.