L'auteur de "la première gorgée de bière" a plus l'habitude de parler du passé que de l'avenir. Mais il s'interroge sur la postérité de son travail d'écriture.

Philippe Delerm
Philippe Delerm © Getty / Ulf Andersen

"Vous m'agressez avec cette question sur le futur ! ", lance-t-il dans un sourire. Sa matière première, ce serait plutôt le passé et la mémoire. Son nouveau livre est le récit d'une année de sa vie, à l'âge de 37 ans, pendant laquelle il fut particulièrement heureux. Mais Philippe Delerm réfléchit aussi à l'avenir. Il n'est pas d'accord avec Céline, pour qui la postérité est "un discours aux asticots". Tout acte d'écriture, estime le romancier, est une façon de lutter contre la mort et donc de s'inscrire dans l'avenir.

Les écrivains qui ont été les plus obsédés par la mémoire, comme Proust, peuvent devenir les écrivains de demain.

Le nouveau livre de Philippe Delerm : Journal d'un homme heureux (Seuil)

►►► Allez + loin P Delerm invité du Grand Bain d'Ali Rebeihi

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.