L’écrivain voyageur Erik Orsenna redoute la fin des climats tempérés, mais il s'attend à une révolution technologique en matière de stockage de l'énergie.

L'écrivain Erik Orsenna est photographié à son domicile parisien le 08 juin 2007, à l'occasion de la parution de son dernier livre, "La révolte des accents".
L'écrivain Erik Orsenna est photographié à son domicile parisien le 08 juin 2007, à l'occasion de la parution de son dernier livre, "La révolte des accents". © AFP / Eric Feferberg

Multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, enchaînement des sécheresses, précipitations monstrueuses, montée des eaux… Le futur vu par Erik Orsenna semble plutôt apocalyptique.

Je pense que dans le monde à venir, les questions d’eau vont être de plus en plus tendues, dangereuses.

Pour autant, l’écrivain se surprend à imaginer un monde où le soleil pourrait être stocké. « Une chaleur que l’on garde, comme un amour, et qu’on espère revoir le soir ».

Erik Orsenna publie Géopolitique du moustique aux éditions Fayard.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.