Le Premier ministre est l'invité d'Ali Baddou dans Questions politiques.

Le premier Ministre Edouard Philippe est l'invité d'Ali Baddou pour ce premier rendez-vous de "Questions politiques" de la rentrée
Le premier Ministre Edouard Philippe est l'invité d'Ali Baddou pour ce premier rendez-vous de "Questions politiques" de la rentrée © AFP

Il y aura nettement moins d'emplois aidés en 2018. Premier invité de la saison, le Premier ministre Édouard Philippe a réagi ce dimanche à l'actualité des Restos du cœur de l'Isère. Manquant d'un emploi aidé, l'association n'a pu ouvrir ses portes à Grenoble. Une situation qui ne correspond pas, explique le Premier ministre au micro d'Ali Baddou, aux priorités qui ont été fixées par le gouvernement.

Mais sur la question de la baisse du nombre d'emplois aidés en 2017, le chef du gouvernement renvoie la responsabilité à ses prédécesseurs. Ce sont eux, affirme-t-il, qui avaient décidé de la baisse du nombre de contrats aidés, tout en déployant 70% des contrats décidés en 2017 sur les quatre premiers mois de l'année.

S'agit-il alors de revoir à la hausse le nombre de contrats aidés l'an prochain ? Pas vraiment, la tendance est plutôt à la baisse. A la place, Edouard Philippe veut attirer notre attention sur la formation, meilleure méthode estime-t-il pour retrouver un emploi. Un plan doit d'ailleurs être dévoilé par le gouvernement en ce sens courant septembre.

Si le meilleur moyen de retrouver du travail, c'est de former les demandeurs d'emplois pour être en adéquation avec les emplois disponibles, qu'en est-il de l'avenir de l'université ? En réaction aux propos qu'Emmanuel Macron a tenu dans son entretien fleuve dans Le Point, jeudi dernier, Edouard Philippe a balayé la notion de "sélection" à la fac. Mais pas celle de pré-requis, dont il faudra disposer pour accéder ) une filière, selon les explications du Premier ministre et les ambitions du gouvernement.

Pas de privatisation

Édouard Philippe a également précisé les intentions du gouvernement pour financer la recherche et l'innovation. Là où Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, parlait de privatisation d'entreprises, sans préciser lesquelles, le Premier ministre tempère : aucune entreprise ne sera cédée en totalité, il s'agira plutôt de cessions de participation.

Édouard Philippe est toujours adhérent de LR, mais...

Sur un plan plus politique, une question demeure : quelle est désormais la famille politique d'Édouard Philippe ? Le Premier ministre a exclu l'idée d'adhérer à LREM, le parti de la majorité. Il affirme être toujours adhérent de LR, même si au sein du parti, il a été décidé de geler la cotisation de l'ancien maire du Havre.

Édouard Philippe saura-t-il s'imposer ?

Personne, de ce petit-fils de docker normand, sarcastique et provoquant, n'imaginait Édouard Philippe en Premier ministre. La question qui se pose maintenant et que pose Carine Bécard, journaliste au service politique de France Inter, dans le portrait qu'elle dresse de notre invité est la suivante : le discret Édouard Philippe, atypique et bon élève, saura-t-il s'imposer un peu plus et un peu mieux, à la fois dans les médias mais aussi comme chef d'orchestre du gouvernement En marche ?

Néo-punks en costard

Cette semaine d'ordonnances et de préparation de la rentrée sonne curieusement. Répondant aux leaders maximos, les politiques sont armés pour en découdre avec les archaïques de tous poils. Des néo-punks qui ont troqué le treillis pour le costard, c'est la semaine politique de Laurence Peuron.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.