Impact économique du coronavirus, médicaments produits en Chine : Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, est l’invité de « Questions Politiques » dimanche 8 mars.

Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, invité de "Questions politiques" a indiqué ce dimanche que la crise du coronavirus coûtait "un milliard d'euros par mois" aux pays de l'Union européenne du fait de l’absence des touristes chinois, ce qui provoque une baisse des nuitées.

"C'est pour l'ensemble de l'industrie européenne deux millions de nuitées en moins. Cela représente un milliard par mois de revenus qui sont perdus pour le tourisme uniquement à cause du fait que les touristes chinois ne viennent plus" en Europe, a-t-il expliqué.

Plus globalement, il est encore "trop tôt", selon le commissaire, "pour qualifier l'ampleur économique" de cette crise sanitaire. "Ma préoccupation la plus immédiate, moi qui suis en charge des entreprises au niveau de l'Union, c'est évidemment le fait que les petites entreprises puissent passer ce cap", a-t-il indiqué. Combien de temps cela va durer ? Thierry Breton ne le sait pas, mais il l'assure : "On s'en sortira !"

Pour les petites PME fragilisées par l'impact de la crise du coronavirus, il espère que les grands groupes, les banques et la Banque centrale européenne (BCE) viendront en soutien : "Le but de l'action commune qui est la nôtre, c'est qu'on veille à ce que les États membres et tous ceux qui contribuent précisément à cet écosystème puissent aider les PME qui vont commencer à avoir, pour certaines d'entre elles, des problèmes de trésorerie", a-t-il déclaré.

Par ailleurs Thierry Breton a estimé qu'il fallait "plus de relocalisation qu'avant" à propos des médicaments produits en Chine "pour assurer au mieux notre souveraineté et notre sécurité". "On est au bout de la phase de mondialisation qui a commencé dans les années 90", a-t-il poursuivi. 

  • Légende du visuel principal: Thierry Breton © AFP / Kenzo TRIBOUILLARD / AFP
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.