Thierry Breton, commissaire européen, chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l'espace, est l'invité de « Questions Politiques » ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard, Françoise Fressoz et Nathalie Saint-Cricq.

Alors que le 9 mai est le jour anniversaire de la fondation de l'Europe, à travers la déclaration Schumann, Thierry Breton estime que que "la construction européenne c’est sans cesse du mouvement", et "ce que je retiens c’est que l’Europe avance dans les crises, et dès qu’elle a avancé elle ne recule jamais". 

Après l’achat de 1,8 milliard de doses de vaccin auprès du fabricant Pfizer-BioNTech, le commissaire européen explique qu'"on s’engage", "l'Europe est devenue le premier continent du monde en matière de fabrication vaccinale en moins de 10 mois". Concernant les campagnes de vaccination, et l'approvisionnement des pays en vaccins il maintient _"l’objectif d’avoir vacciné 70% de la population à la mi-juillet". _

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Y aura-t-il d'autres commandes, notamment d'AstraZeneca, pour lequel l'exécutif européen n'a pas renouvelé, "pour le moment sa commande au delà de la fin de son contrat prévu à la fin juin". Thierry Breton précise, "On regarde ce qui se passe. On verra. AstraZeneca est un vaccin très intéressant. Il a été découvert par des chercheurs de Oxford. Il est très bon. Il a surtout l'intérêt de pouvoir être utilisé dans des conditions logistiques et de température plus simple". Le commissaire européen assure que l'Europe ne ferme pas la porte à l'AstraZeneca. "On aura d'autres commandes. Je vous le dis de façon très sérieuse, on a commencé effectivement avec Pfizer parce qu'on est en train de travailler sur la deuxième phase des vaccins de deuxième génération".

Face aux critiques concernant la gestion de la crise sanitaire en Europe, il rappelle que "sur les 5 vaccins aujourd’hui 4 ont été mis au point par des chercheurs européens", même si c'est avec des financements américains. 

Il estime que les problèmes d'approvisionnement "sont derrière nous", "on va fabriquer 3 milliards de vaccins par an". 

L’Europe est devenue le premier continent du monde en matière de fabrication vaccinale. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Après l'Espagne, puis la Belgique hier, la France va aussi se déconfiner avec une date clef, le 19 mai prochain et notamment la réouverture des bars, des restaurants et des cinémas. Une sortie de crise qui "sera progressive", prévoit Thierry Breton, le commissaire européen au Commerce intérieur . "Souvenez vous quand on allait, il y a encore quelques années, dans certains pays d'Asie du Sud-Est, on se moquait du fait que les habitants portaient des masques. Peut-être que l'on va être obligé de s'habituer à ça. Cela ne fait pas partie de notre culture, mais on va le faire, on va apprendre", précise Thierry Breton.
 

Avec cette pandémie, "il y aura vraiment un avant et un après", assure Thierry Breton. Mais le commissaire européen ne minimise pas les conséquences d'un tel épisode dans nos vies. "Tout le monde pense au télétravail, aux entreprises, aux rencontres virtuelles. Bien entendu, ça va continuer. Mais je pense qu'il y aura vraiment un engouement, une envie d'aller se retrouver, mais aussi de consommer", ajoute Thierry Breton qui insiste sur l'appétit des citoyens de "retrouver ne serait-ce qu'une socialisation, la volonté de se retrouver, d'être ensemble, de se toucher, de bouger. Elle est gigantesque". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Thierry Breton © AFP / Dursun Aydemir / Pool / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Les invités
L'équipe