Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de la droite était l'invitée de Questions Politiques ce dimanche.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire à droite et au centre, dans Questions politiques
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire à droite et au centre, dans Questions politiques © Radio France / Capture d'écran

La candidate à la primaire de la droite est l’invitée de Questions Politiques ce dimanche 9 octobre de 12h à 14h, une émission présentée par Nicolas Demorand en partenariat avec Le Monde et FranceInfo:

►►► Replay | Regardez la première partie de Questions politiques

Nathalie Kosciusko-Morizet est la surprise de la primaire à droite et au centre. Seule femme candidate dans son camp, elle s'était démarquée en 2012 après plusieurs prises de position de Nicolas Sarkozy. Ce dimanche, face à Carine Bécard, journaliste politique à France Inter, Arnaud Leparmentier du Monde et Nathalie Saint-Cricq de France Télévisions, NKM a rappelé l'importance, pour la droite, d'un vote massif à la primaire.

►►► LIRE AUSSI | Primaire à droite : "Tous les Français sont légitimes et peuvent venir voter", déclare NKM

Peu importe qui de Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé en sortira vainqueur, la droite a besoin d'une participation au moins égale à celle des électeurs lors de la primaire socialiste, en 2011, pour que son candidat soit légitime. Une légitimité d'autant plus importante que les sondages donnent très souvent Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle.

NKM ou l'ubérisation "heureuse"

Nathalie Kosciusko-Morizet s'intéresse de près aux indépendants et cherche à en tirer des opportunité, électorales certes, mais aussi pour économiques : "si on ne parle que du monde salarié, on passe à côté [...] du monde des indépendants".

La candidate à la primaire LR rappelle d'ailleurs que notre système de salariat a été créé à une époque où le statut indépendant était moins diversifié et moins courant qu'aujourd'hui.

Interrogée par un auditeur sur sa vision de la fiscalité actuelle, la candidate à droite a détaillé son programme en la matière, avec une ISF qui ne serait pas supprimée - contrairement à ses adversaires - mais modifiée, et surtout la flat tax, ce principe d'imposer dès le premier euro l'ensemble des contribuables. Un pilier essentiel, dit-elle, pour restaurer la confiance des Français envers l'impôt, alors qu'aujourd'hui "chacun a le sentiment que l'autre gagne plus que lui".

GPA : "On n'a jamais vu une femme riche porter l'enfant d'une femme pauvre"

La gestation pour autrui a également été évoquée sur le plateau. NKM est contre, ce n'est pas nouveau. Elle a expliqué "craindre la manipulation" et l'utilisation du corps d'autrui comme "d'un objet". Une crainte, précise-t-elle, qui ne concerne pas la PMA.

NKM a-t-elle été sauvée par la primaire ?

Pour Carine Bécard, journaliste politique à France Inter, la participation de Nathalie Kosciusko-Morizet à la primaire à droite et au centre sauve la politicienne. Placée en pleine lumière par Jacques Chirac, l'une des jeunes loups de la politique exerce déjà depuis 15 ans. Et pourtant, depuis 2012 et la défaite de Nicolas Sarkozy, de qui elle s'était éloignée pendant la campagne, rien ne lui sourit.

"Respecter le droit d'asile"

Nathalie Kosciusko-Morizet place le droit d'asile au cœur de sa vision migratoire. Face aux inquiétudes des communes à qui l'on demande d'accueillir des migrants, comme l'a rappelé la journaliste du Monde Enora Ollivier, tout juste revenue de la petite commune de Champtercier, la candidate à droite rappelle qu'il faut "respecter le droit d'asile". Mais elle trouve également que la position de la France n'est pas assez claire, ce qui explique, selon elle, les réticences des Français à considérer le droit d'asile comme une aide, et non une "passoire".

►►► Nathalie Kosciusko-Morizet face aux auditeurs

"Un problème de souveraineté numérique vis à vis des GAFA"

NKM, enfin, a longuement développé sa position et ses inquiétudes vis à vis des géants du numérique, les GAFA et vis à vis de l'absence de régulation aujourd'hui lorsqu'il s'agit de lutter contre le terrorisme. Piratage de Yahoo!, boites noires, l'ancienne secrétaire d'État au numérique était interrogée par Damien Leloup, journaliste pour Pixels, du monde.fr.

Quelle place pour les femmes en politique ?

Les politiciennes françaises sont-elles désormais au même niveau de responsabilité, sont-elles considérées comme aussi légitimes que leurs homologues aux plus hauts niveaux ? Isabelle Veyrat-Masson, directrice du CNRS, s’est posée la question :

Les crises internationales ponctuent l’actualité politique de la semaine

La semaine politique a été clairsemée d’actualités internationales fortes : bombardements d’Alep, bataille à venir à Mossoul, situation des migrants sauvés en mer, retrouvez le zapping politique de Laurence Peuron :

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.