Pascal Pavageau, secrétaire général de Force Ouvrière est l'invité de Questions Politiques. Une émission présentée par Frédéric Métézeau, avec Carine Bécard (France Inter), Françoise Fressoz (Le Monde) et Nathalie Saint-Cricq.

Pascal Pavageau
Pascal Pavageau © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Portrait par Carine Bécard

Les luttes sociales 

Pascal Pavageau estime que désormais une partie des salariés tombent dans une forme de radicalité, car il leur semble que manifester ou faire la grève ne sert à rien pour se faire entendre. 

Pascal Pavageau évoque notamment les grévistes de la faim de l'hôpital psychiatrique de Rouen.  

2 mois de mobilisation, 15 jours de grève de la faim pour obtenir 30 postes pour soigner les gens. Les grèvistes en réclamaient 52. 

"Ça rappelle l’état de santé de l’hôpital public. On refuse de négocier … il faut en arriver à cette radicalité de la grève de la faim pour obtenir 30 postes". 

Méthode de gouvernement à revoir

D'une manière générale, le secrétaire général de Force Ouvrière constate l'anesthésie du débat et de la discussion entre partenaires sociaux et gouvernement. 

Systématiquement c’est je pense donc tu suis… 

Macron a vu Laurent Bergé, il y a des contacts, ils doivent être renforcés. Il faut prendre le temps d’une discussion sociale. La concertation n’a pas lieu, le débat n’a pas lieu. 

On avait un candidat 2. 0, on a un président 1 point c’est tout. 

Pascal Pavageau reconnaît qu'en tant que candidat, Macron est celui qui a le plus concerté. "ça s’est arrêté après l’élection".
 

Le secrétaire général de Force Ouvrière demande donc plus de consultations et de discussions constructives autour des propositions syndicales. 

Plan pauvreté 

Trois économistes de renom, qui ont largement inspiré le programme du candidat Macron, suggèrent au président un rééquilibrage social de sa politique, dans une note confidentielle publiée samedi par le quotidien Le Monde.  Alors que "beaucoup de Français craignent que les réformes bénéficient au pays, mais les laissent eux-mêmes de côté", Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry regrettent que "la lutte contre les inégalités d'accès" ne soit pas plus apparente dans la politique du gouvernement. de son côté Agnès Buzyn, ministre de la Santé a dévoilé dans le  Journal du dimanche, les contours d'un futur plan pauvreté . 

Face à cela, Pascal Pavageau réagit en constatant le déni habituel auquel il fait face de la part du Président de la République sur la question de la pauvreté en France. 

SNCF, la suite ? 

La réforme ferroviaire contestée par les cheminots devrait être bouclée dans la semaine mais les syndicats de la SNCF veulent jusqu'au bout faire pression sur le gouvernement pour obtenir quelques concessions supplémentaires et des garanties pour leur future convention collective.  Premier rendez-vous, lundi après-midi, avec la commission mixte paritaire (CMP) qui doit tenter de fixer le texte final du projet de loi, avant un nouveau passage à l'Assemblée mercredi et au Sénat jeudi. Si les deux assemblées sont d'accord, le projet sera adopté définitivement. Le taux de grévistes à la SNCF s'élevait vendredi à 13,68%, son plus bas niveau depuis le début de la mobilisation contre la réforme du système ferroviaire. Faut-il cesser le mouvement ? Pascal Pavageau a refusé de se prononcer. 

Le zapping politique de Laurence Peuron

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.