Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, était l’invité de "Questions Politiques" ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter), Françoise Fressoz (Le Monde) et Jeff Wittenberg (France Télévisions).

L'image n'est pas commune. Geoffroy Roux de Bézieux sera ce dimanche après-midi à la fête de l'Humanité, "la première fois" qu'un patron du Medef y va, souligne-t-il, tout en évoquant le contexte particulier de la crise sanitaire : "C’est déjà un signe des deux côtés. Qu’on peut débattre sans être d’accord. Le Covid a quand même bouleversé les cartes, ça amène tout le monde à réfléchir. […] À partir de là, on verra comment ça se passe."

S'il devait citer un point commun avec Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, avec qui il va débattre ? "On a peut-être un constat commun sur le sujet de l’industrie en France, qui a quand même beaucoup perdu […] Sur la souveraineté, sur qu’est-ce qu’on fait face au capitalisme américain, au capitalisme chinois."

Le patron du Medef est aussi revenu sur l'impact de la crise du Covid-19 sur les entreprises. Confiner une deuxième fois la population ? Impensable, selon lui : "Si on reconfine, on assistera à un effondrement de l’économie.". "On est à 95% de l’activité normale, avec d’énormes différences évidemment entre secteurs, et même à l’intérieur des secteurs", détaille-t-il, tout en estimant qu'il faut "arriver à vivre" avec cette pandémie.

Les différents plans sociaux annoncés par les entreprises à cause de la crise sanitaire vont-ils conduire à une explosion du chômage ? Ces plans sociaux ne sont pas forcément le cœur du problème, juge Geoffroy Roux de Bézieux : "En macro-économie, le chômage n’augmente pas à cause des plans sociaux. Si tous les plans sociaux annoncés vont au bout, on parle de 40 à 50.000 licenciements. Pour les gens concernés, c’est une souffrance. Mais le taux de chômage, s'il explose, c’est plutôt à cause de la non-embauche, surtout des jeunes". Il pointe en ce sens un "vrai risque de 'génération Covid' "

Et sur les promesses de relocalisations du gouvernement, Geoffroy Roux de Bézieux n'est pas convaincu que le terme de "re" localisation "soit le bon" : "Localiser de nouvelles productions en France, ça c’est un projet sur lequel on peut essayer de trouver un consensus". Après, estime-t-il, "l’État est parfaitement légitime à définir une liste de sujets, de produits."

Le portrait de Geoffroy Roux de Bézieux par Carine Bécard

  • Légende du visuel principal: Le président du Medef était l'invité de Questions Politiques ce dimanche. © Radio France / -
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.