Christophe Castaner, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, député des Alpes-de-Haute-Provence, est l’invité de « Questions Politiques » ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter), Solenn de Royer (Le Monde) et Nathalie Saint-Cricq (France Télévisions).

Trois jours après un débat télévisé entre Gérald Darmanin et Marine Le Pen, y'a t'il déjà un duel annoncé et imposé entre LREM et le RN pour la présidentielle de 2022 ? Non, pour Christophe Castaner : "Souvenez-vous, il y a cinq ans, à un an et trois mois de la présidentielle, qui pensait qu'Emmanuel Macron serait président ? Pas grand-monde : je ne crois pas au déterminisme politique."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour lui, il n'y a aucun rapprochement possible entre les deux partis. "Marine Le Pen joue à cela, mais c'est tout l'inverse : la réalité de Marine Le Pen, c'est l'opposition systématique des Français les uns aux autres, c'est la stigmatisation, c'est la xénophobie de certains de ses membres... C'est aussi celle qui prône la suppression de la redevance audiovisuelle parce que le service public ne dit pas ce qu'elle veut entendre ! Ne réduisez pas Marine Le Pen à ses petits coups politiques."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il estime d'ailleurs que lors des régionales, il faudra faire barrage au RN, notamment en PACA où il dit "tendre la main" au candidat de la droite Renaud Muselier, y compris avec une liste commune. "Je sais que dans cette région, il y a un risque, Marion Maréchal Le Pen a fait 44 % il y a 5 ans, et je m'étais retiré pour faire élire Christian Estrosi. Et je peux vous dire que ce n'était pas mon naturel politique de me tourner vers Christian Estrosi ! Par contre, entre mes adversaires et les ennemis de la République, je fais la différence."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour autant, est-ce que la "jambe droite" de La République en Marche ne pèse pas plus que la "jambe gauche" ? "Cela fait trois ans que nous menons le combat pour l'égalité des chances, au quotidien", assure le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale. "Quand nous dédoublons les classes dans les quartiers les plus difficiles de France, nous y contribuons !" Il explique ce "malentendu" par le fait que "dès 2017, nous avions des personnalités politiques et médiatiques puissantes, qui venaient plutôt de droite, qui ont su attirer la lumière", contrairement à celles de gauche.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur la question de la proportionnelle, il estime que le moment n'est "pas adéquat" pour en débattre. "On a un mode de scrutin qui permet d'avoir une majorité et donc une sérénité dans nos institutions", précise Christophe Castaner. "Il y a bien des regards critiques, comme le Sénat ! Le président de la République avait pris un double engagement : celui d'une dose de proportionnelle, et celui d'une baisse du nombre de parlementaires."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur la crise de la Covid et sa gestion, Christophe Castaner balaye les critiques : "Donner de la lisibilité sur quelqu'un chose que vous maîtrisez est facile, là il y a énormément de sujets que l'on ne maîtrise pas et il faut prendre des décisions. Je l'ai vécu en tant que ministre de l'Intérieur sur la gestion du premier confinement. "

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour autant, pourquoi avoir fait des annonces, notamment sur la vaccination, qui finissent par devenir intenables ? Pour Christophe Castaner, s'il n'y avait pas eu d'annonces précises, "on nous aurait reproché le flou. C'est aussi la responsabilité du président et du gouvernement de fixer des objectifs et de nous rassurer."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur la loi climat, dont beaucoup notamment chez les écologistes dénoncent le manque d'ambition, il invite à regarder ce qui se fait à l'étranger. "Les Verts allemands ont interpellé Angela Merkel il y a quelques jours en lui disant : prenez modèle sur ce que fait la France. Nos Verts à nous sont plutôt dans le populisme. 40 % des propositions de la convention citoyenne relèvent du législatif et sont donc dans le texte de loi. Maintenant c'est au Parlement de mettre en droit et en objectifs politiques les ambitions de cette convention."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Quid du référendum pour intégrer la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution ? Christophe Castaner reconnaît que "c'est un risque mais aussi un signe de courage politique". "Le combat contre le réchauffement climatique n'appartient pas à la gauche, à LaREM, à la droite : ça doit être une sujet de responsabilité politique majeure."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, invité de Questions politiques © Radio France /
Les invités
  • Christophe CastanerAncien ministre de l'Intérieur, président du groupe LREM à l'assemblée nationale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.