Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, était l'invitée de « Questions Politiques » ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter), Françoise Fressoz (Le Monde) et Jeff Wittenberg (France Télévisions).

Interrogée sur la révélation par le Canard Enchaîné qui a révélé l'existence d'un fichier occulte qui aurait été rédigé par l'entourage de Pascal Pavageau quand il briguait la succession de Jean-Claude Mailly et où seraient recensés une centaine de responsables de FO avec des commentaires comme "bête", "mauvais", "faux" ou "complètement dingue", la ministre du Travail, a répondu qu'elle était "choquée et scandalisée par cette histoire indigne de fichiers".

"Cela ne représente pas le syndicat français [...] Cela ne correspond pas à Force Ouvrière qui est un des trois plus grands syndicats en France", a réagi Muriel Pénicaud. "Je peux travailler avec FO mais pas avec des méthodes comme ça", a-t-elle précisé refusant de dire si Pascal Pavageau, l'actuel secrétaire général, doit démissionner, mais précisant tout de même qu'"on ne peut pas accepter que finalement Force Ouvrière soit complètement déformée par quelque chose qui n'a rien à voir".

À qui profitent vraiment les mesures ? Est-ce que ça "ruisselle" ?

Selon les calculs de l’institut des politiques publiques, basé sur les chiffres de Bercy, en cumulant les réformes 2018-2019, les Français les plus modestes vont perdre entre 0,5 et 1% de revenu disponible. Alors que les plus riches, 1% des foyers, verront leurs revenus bondir de 6% grâce notamment à la suppression de l'ISF.

La ministre du Travail a expliqué que le président, qui a reçu les 100 plus grands patrons il y a quelques semaines, a demandé "aux premiers de cordée" des mesures pour l'inclusion. 

En matière d'emploi et d'apprentissage, si le gouvernement n'a pas demandé d'engagements précis, le Médef a mis en place un plan d'action pour augmenter "sensiblement" le nombre d'apprentis.

Lutter contre les inégalités salariales

9% d'écart de salaire entre les femmes et les hommes et 25% d'écart sur la carrière. Ça c'est le constat. Le gouvernement va donc présenter  "dans quelques semaines" un "mécanisme détaillé" visant à lutter contre le phénomène que Muriel Pénicaud dénonce comme étant "scandaleux et injustifiable". D'autant que cet écart, tout au long de la carrière, aboutit à 37% d'écart à la retraite.  

Le gouvernement avait annoncé son intention de créer un indicateur pour mesurer ces écarts de salaires à partir de 2019 et pousser les entreprises à les réduire, avec la menace de sanctions financières à horizon 2022 pour les plus récalcitrantes.

Le voile intégral dans l'espace public

"La France a une position équilibrée", selon la Muriel Pénicaud qui était interrogée sur la Burka dont on a beaucoup entendu parler depuis qu'on a appris que le Comité des droits de l'homme (CDH) de l'ONU va se prononcer au mois d'octobre sur deux requêtes de femmes ayant été verbalisées pour n'avoir pas respecté la loi du 11 octobre 2010. Et de ces "constatations" il ressortirait que la loi de 2010 porte atteinte à la liberté religieuse et crée une discrimination. 

"La démocratie c'est d'être à visage découvert" explique Muriel Pénicaud pour qui le choix n'est pas forcement libre quand on parle d'une jeune fille de 14 ans dans une famille où les femmes sont voilées. "Il faut aussi aider les jeunes filles à être libres de leur choix" explique-t-elle, a se sentir bien dans l'espace public grâce notamment "au travail de Marlène Schiappa sur l'harcèlement de rue"

Légende du visuel principal:
Muriel Pénicaud, Ministre du travail © AFP / ERIC FEFERBERG / AFP
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.