Le député européen, président du parti Les Patriotes et ancien numéro 2 du Front national était l'invité d'Ali Baddou

Florian Philippot est l'invité de Questions politiques
Florian Philippot est l'invité de Questions politiques © Radio France

Le Front National et Florian Philippot c’est une histoire totalement et définitivement terminée, si l’on en croit le nouveau président du parti Les Patriotes.

L’ancien numéro deux du Front national considère que son ancien parti a faut un "retour en arrière en faisant revenir d’anciens cadres mégrétistes et en choisissant de se reconcentrer quasi exclusivement sur l’immigration"

Pour Florian Philippot "Le Front national est en perte de repères idéologiques et en perte de compétences. On ne sait plus ce qu'il pense". "C'est un parti qui a fait le choix de ne pas essayer la victoire et qui a changé, sans le dire, d'objectifs". Le président des Patriotes assure qu'il ne passe pas son temps "à dire du mal du Front national ou de Marine Le Pen". "Je fais une analyse politique. C'est eux qui disent du mal. Eux ont eu des propos parfois très vulgaires.

"Moi j’ai tourné la page et je fais autre chose" dit Florian Philippot qui avec ses Patriotes veut aller, "vers un patriotisme moderne et crédible qui puisse rassembler et enfin gagner".

La patriotes c'est quoi ?

Selon Florian Philippot, son parti ne se place pas dan un clivage droite-gauche qui est à ses yeux complètement dépassé. Son slogan "le meilleur pour la France" veut illustrer la manière dont il pense que les politiques doivent agir en collaborant pour construire :"sortir de la conception de la vie politique française, où on entretien artificiellement un climat de guerre civile. Entre 'oppositions' on devrait pouvoir travailler ensemble, juste pour faire échec à une mauvaise loi ou pour faire passer autre chose, puis on reprend chacun notre chemin".

Je veux travailler avec tous les patriotes de gauche et de droite de bonne volonté, je suis sûr que le projet patriote est majoritaire.

"Tout me sépare de l’UMP" explique Florian Philippot, mais il peut s'entendre sur des projets précis avec Laurent Wauquiez ou Florence Portelli.

Tout le rapproche de Débout la France, un parti avec lequel "on doit pouvoir travailler ensemble" dit-il. Mais ces rapprochements possibles ne ressemblent en rien au projet tant voulu par certains d'"Union des droites". Elle "n’a pas de sens idéologique et je n’y crois pas une minute" explique Florian Philippot qui espère "faire travailler des gens qui ont à cœur la France d'où qu'ils viennent, ça j’y crois !".

Son projet pourrait intéresser, pense-t-il des électeurs déçus du FN, mais aussi des insoumis et surtout "des électeurs qui ne votaient plus qui auront le goût de s’impliquer".

"La ligne Philippot a mené le FN à des scores toujours plus élevés" explique Florian Philippot qui considère que "le propos sur l'Europe a été déstructuré par le FN". Lui propose un "Frexit organisé" et veut "reconstruire une monnaie nationale pour ne plus être à vie un pays sous tutelle".

Macron, cinq mois après

Florian Philippot trouve que les propos du Président de la République "transpirent la condescendance". Le président des Patriotes, faisait référence notamment aux propos d'Emmanuel Macron sur les "faignantse et les employées "illettrées" de l'usine Gad en Bretagne. "Ça fait beaucoup et ça dessine un personnage".

Emmanuel Macron sera interviewé ce soir à 20h sur TF1. "S'il vient juste pour expliquer des choses parce que les Français seraient un peu trop bêtes pour comprendre sa pensée trop complexe, cela va être une catastrophe", a jugé Florian Philippot. "Ça ne sert à rien. Si les Français sont en désaccord de plus en plus avec lui, c'est qu'ils sont en désaccord sur le fond", a-t-il conclu.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.