Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Éducation nationale, sera l’invité de « Questions Politiques » ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter) avec Françoise Fressoz (Le Monde) et Nathalie Saint-Cricq (France Télévisions).

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, était l'invité de Questions Politiques ce dimanche. Interrogé sur le climat tendu dans l'Éducation nationale, il a assuré qu'il n'y avait pas de "climat anti-Blanquer" : "Prenez la réforme du baccalauréat : quand je l'ai présentée, elle a recueilli l'adhésion, c'est que chacun a bien compris les principes. C'est un énorme travail d'écoute et de consultation. Tout ceci a duré des mois, même des années, il y a actuellement un comité de suivi que j'écoute", assure-t-il. Mais selon lui, "à chaque étape, il y a des secteurs radicaux qui contestent l'étape suivante en disant que ça va être très désordonné".

Ainsi sur la réforme du baccalauréat, alors que les premières épreuves de contrôle continu ont commencé ou vont commencer selon les lycées, et après le blocage survenu samedi dans un lycée de Clermont-Ferrand, il assure que le principe d'objectivité sera respecté, avec "une banque nationale de sujets et le fait qu'on soit corrigé par un professeur autre que le sien". Contredit par Carine Bécard du service politique de France Inter, il assure que c'est bien le cas grâce à "une innovation technologique, toutes les copies sont mises dans un scanner et c'est un logiciel qui les dispatche vers un professeur qui n'est pas le professeur de l'élève".

Sur l'intervention samedi à Clermont-Ferrand pendant des épreuves E3C du contrôle continu, il qualifie les faits de "scandaleux" : "Ces épreuves ont commencé dans cette académie de manière tout à fait normale, tout à fait positive. Le seul endroit où ça s'est mal passé est celui que vous citez : samedi matin, les élèves sont arrivés pour composer, des éléments extérieurs sont venus, ont pratiqué de la violence et ont empêché les élèves de composer. Une minorité radicale est en train d'essayer d'arriver à ce climat de tensions, mais pas tous, loin s'en faut. Que pensent, à votre avis, les élèves qui ont vécu ces violences ? Que prétendent incarner ces gens ? L'immobilisme, le conservatisme ?", dit-il, dénonçant "les intentions politiques" des manifestants. 

Le ministre rappelle que son objectif est de revaloriser les salaires des professeurs... même si "cela prendra du temps" - "je l'ai toujours dit" assure-t-il. Revenant sur les conditions économiques de cette revalorisation et l'équilibre budgétaire de la France, il estime que "le raisonnement doit d'abord être global en regardant quelle part du PIB le pays consacre à un domaine en particulier", ajoutant que pour l'éducation c'est 6 à 7%. 

"J'assume totalement, sur le plan politique comme économique, le fait de plaider pour un nouveau modèle économique (...) avec un pourcentage plus important du PIB consacré à l’éducation"

Il explique en effet que "consacrer des moyens à l'éducation est un enjeu social évident, mais c'est aussi un enjeu économique. Ce qu'on dépense comme moyens pendant les premières années de la vie, c'est autant qu'on n'aura pas à dépenser en dépenses curatives ultérieurement"

Parmi les éléments de sa politique figure aussi la lutte contre le communautarisme : il affirme que "c'est un phénomène que nous sommes en train d'endiguer". "La déscolarisation est très forte", avance-t-il - sans toutefois accompagner son argument de chiffres - rappelant que l'obligation de scolarisation dès l'âge de 3 ans était notamment destinée à endiguer la déscolarisation. "Je ne dis pas que nous avons résolu tous les problèmes, loin s'en faut, mais ça y est, nous sommes dans l'action sur ce sujet". 

Après que les images d'une manifestation devant le rectorat de Caen ont montré qu'un manifestant brûlait un livre ("Farenheit 452" de Ray Bradbury) pendant que d'autres jetaient des manuels scolaire, Jean-Michel Blanquer qualifie l'acte de "folie". "Brûler un livre, dès qu'on a un peu de culture, c'est quelque chose qui fait mal, par l'acte en lui-même et par ce qu'il signifie sur le plan historique, a fortiori celui-ci (...)". "

Si cette personne est un professeur, elle n'est pas digne d'exercer ce métier. Il y a des choses que je n'accepte pas : c'est une négation de la noblesse et de la dignité du métier"

Jean-Michel Blanquer reconnaît qu'il y a de la violence et de la nervosité en France, mais affirme qu'elle n'est pas partout, et que "les réseaux sociaux ne sont pas la France". Il vise, en revanche, "des gens extrêmement radicalisés dans la violence, dans des actions anti-démocratiques. Il y a des ennemis de la République, il y en a toujours eu, mais regardez comme leurs techniques marchent, puisque nous sommes en train d'en parler". "On ne s'écoute plus : est-ce quand quelqu'un fait de la violence, faire une loupe sur cette violence, est-ce que ce n'est pas jouer le jeu de cette violence ?", demande-t-il. 

Selon lui, "si la société n'était pas déjà en crise, Emmanuel Macron n'aurait pas été élu (...). Les forces constructives de ce pays ont porté Emmanuel Macron au pouvoir précisément pour réussir des réformes indispensables qui auraient dû être faites bien avant Emmanuel Macron". "Aujourd'hui nous sommes dans la situation paradoxale à rattraper tout ce qui n'a pas été fait (...) tous les problèmes dont on parle sont bien réels, et au moment où on s'y attaque, les forces qui ont intérêt à l'affaiblissement de la démocratie nous attaquent", ajoute-t-il. 

Le portrait de Jean-Michel Blanquer par Carine Bécard

  • Légende du visuel principal: Jean-Michel Blanquer, invité de 7h50 sur France Inter le 10 décembre 2019, a accusé la mairie de Paris de ne rien faire pour favoriser le service minimum dans les écoles © Radio France / France Inter
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.