Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières, est l'invité de Questions politiques ce dimanche.

Pierre Moscovici sur le plateau de Questions politiques
Pierre Moscovici sur le plateau de Questions politiques © Radio France / Capture d'écran

Directeur de campagne de François Hollande pour la campagne présidentielle 2012, Pierre Moscovici a livré son sentiment sur la question de la candidature de François Hollande. Pour lui, il semble "logique" et "légitime" que le Président sortant se représente, d'autant plus qu'il serait le premier président de la Ve république à ne pas se représenter après un premier mandat.

Cependant, l'ancien occupant de Bercy voit d'un œil étonné la participation de François Hollande à la primaire de la gauche : "un président de la République dans la primaire, je trouve cela un peu bizarre".

Sans le dire, Pierre Moscovici a salué le bilan économique de la France, "enfin dans les clous" avec un déficit en-dessous de la part des 3%. Contrairement à certains candidats de la primaire de la droite et du centre, le commissaire européen aux affaires économiques et financières juge important pour la France qu'elle montre "son sérieux", tout comme l'Allemagne.

"Je ne crois pas que Marine Le Pen sera la prochaine présidente de la France"

Interrogé sur la primaire de la droite et du centre, mais aussi sur les chances de la candidate du Front national Marine Le Pen, Pierre Moscovici a affirmé qu'il juge improbable une victoire de l'extrême droite. Cependant, après la victoire de Donald Trump aux États-Unis, avec des leviers comparables à ceux utilisés par le FN, l'hypothèse de sa présence au second tour est tout à fait envisageable. Et un gros score pour le FN au premier tour serait, en l'état, "un choc considérable" :

►►► REVOIR | Questions politiques avec Pierre Moscovici

La flexisécurité du Danemark n'empêche pas la montée de l'extrême-droite

Reporter au Monde, la journaliste Marie Charrel a abordé avec le Commissaire européen Pierre Moscovici la solution mise en place au Danemark : une politique de flexisécurité qui semble fonctionner, lorsque l'on compare le taux de chômage danois et celui de la France. Pourtant, le Danemark est un pays où l'extrême-droite est aussi dans une dynamique forte. Une montée que Pierre Moscovici explique par d'autres critères que la seule question économique.

Pierre Moscovici saura-t-il passer de l'arrière-plan au devant de la scène ?

Carine Bécard, journaliste politique à France Inter, dresse cette semaine le portrait d'un homme "brillant", de l'avis de tous, de droite comme de gauche. Un homme brillant qui, pourtant, peine à sortir de l'ombre. L'éternel second, qui pourrait avoir des ambitions pour 2022, parviendra-t-il à sortir de l'ombre pour occuper le devant de la scène politique ?

La semaine politique : le peuple contre les élites

L'onde choc de l'élection de Donald Trump continue de parcourir le paysage politique français. En France, tous les candidats ou aspirants candidats à la présidentielle n'ont de cesse de faire valoir combien ils sont en phase avec les gens. "Plus peuple que moi, tu meurs !", c'est le thème de la semaine politique de Laurence Peuron.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.