Jean-Christophe Lagarde, tête de liste UDI pour les élections européennes, et Ian Brossat, tête de liste PCF pour les élections européennes, sont les invités de "Questions Politiques" ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard, Françoise Fressoz et Jeff Wittenberg.

Jean-Christophe Lagarde : "S'il y avait eu un projet chez Emmanuel Macron, nous aurions pu faire liste commune"

Interrogé sur la proximité de sa position politique avec celle de La République en Marche, la tête de liste UDI pour les élections européennes a réfuté l'affirmation. Lui qui est candidat à la députation européenne pour la première fois dénonce l'absence de programme politique de la liste présentée par la majorité et menée par Nathalie Loiseaux.

Jean-Christophe Lagarde qui, dans le portrait que lui consacre Carine Bécard, défend bec et ongle son programme pour reconstruire l'Europe et réviser ses compétences.

Des compétences qui, aujourd'hui, lui manquent sur certains domaines, comme l'immigration, tandis qu'en face, elle "pourrit la vie des citoyens" sur d'autres domaines.

Tout en dénonçant ses rivaux français à l'élection européenne qui, pour certains, ont salué le Brexit lorsqu'il a été voté par référendum, allant même jusqu'à, pour certains, "parler de Frexit", la tête de liste UDI plaide pour réformer les traîtés européens, faute de quoi "l'Europe mourra".

Interrogé également sur son programme en matière d'écologie, Jean-Christophe Lagarde appelle l'Europe à "prendre la tête de la croisade", tant les intérêts de l'Europe à lutter contre le réchauffement climatique sont forts et essentiels.

Portrait - Jean-Christophe Lagarde, de la banlieue à l'Europe

Ian Brossat : "L'UE traverse une crise européenne comme elle n'en a jamais connue"

"La promesse, c'était que l'Europe nous tire vers le haut" rappelle Ian Brossat, tête de liste PCF pour les élections européennes, en guise d'introduction de son programme européen. Lui, qui plaide notamment pour un smic européen, dénonce la maladie de l'Europe : le libéralisme.

Confronté à la multiplication des listes de gauche pour les élections du 26 mai prochain, Ian Brossat rappelle que son parti, le PCF, peut s'appuyer sur un groupe européen qui a eu un impact au sein du parlement européen à plusieurs reprises.

Un groupe solide, donc, qui accueillera en son sein les élus de la France Insoumise qui le souhaitent. Et malgré tout, en France, ces derniers ont préféré faire campagne de leur côté, explique Ian Brossat.

Pour se distinguer, lui ne se dit pas opposé à l'Europe mais "alter-européen", car il souhaite transformer une Union européenne confrontée à une véritable crise existentielle.

Transformer l'Europe, oui mais comment ? La tête de liste PCF plaide pour une Europe sociale, et non de la Défense, une Europe qui s'affranchit des traités.

"Je trouve honteux, lorsque l'on parle d'écologie, que l'on condamne le vieux diesel de l'ouvrier", ajoute aussi Ian Brossat, alors que l'on ne taxe pas le kérosène utilisé par les avions. Le communiste à qui l'on a récemment reproché de plaider contre les voyages en avion tout en l'ayant lui-même emprunté souhaite que le parlement européen ait la capacité de faire interdire les transports aériens dans le cas de destinations où il est possible de faire le même trajet "en moins de deux heures en train".

Portrait - Ian Brossat, "surprise" communiste ?

  • Légende du visuel principal: Jean-Christophe Lagarde, tête de liste UDI pour les élections européennes, et Ian Brossat, tête de liste PCF pour les élections européennes © AFP
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.