Yannick Jadot, député européen EELV, était l’invité de "Questions Politiques" ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter), Françoise Fressoz (Le Monde) et Nathalie Saint-Cricq (France Télévisions).

"J'appelle les Françaises et les Français à ne pas douter quand il y a l'obligation de respecter la règle commune", a estimé dimanche le député européen EELV Yannick Jadot, invité de Questions politiques sur France Inter. "Nous avons une responsabilité majeure qui est de respecter l'ensemble des règles, en espérant que certains angles morts soient renforcés. Je pense notamment à la question du télétravail. Les instructions du gouvernement ne sont pas assez fermes." 

L'élu Europe Écologie Les Verts reconnait toutefois que les interrogations sont nombreuses. "Pourquoi il n'y a pas plus de lits ? Pourquoi on n'a pas isolé les cas testés ? Pourquoi on n'a pas renforcé les personnels autour des réanimations ? Pourquoi on a laissé les gens partir en vacances de la Toussaint quand la situation apparaissait déja catastrophique ? On peut tous avoir des doutes. On peut tous questionner la politique du gouvernement", souligne Yannick Jadot, qui estime malgré tout que ces questions doivent amener les Français à suivre les mesures. "Quand la politique du gouvernement apparaît aussi ératique, cela veut dire que s'ils sont en retard, il faut d'autant plus respecter la règle quand elle est dictée." 

Associer les forces vives du pays et les entreprises aux décisions

Le député européen estime également qu'il faut changer le mode de décision. Il pointe du doigt "une erreur politique au démarrage, qui est ne pas avoir construit un conseil de sécurité sanitaire, qui associe autour des scientifiques, l'ensemble des forces politiques représentées au parlement comme les forces vives du pays, que ce soit les syndicats, les associations qui interviennent beaucoup en soutien caritatif ou en soutien sanitaire, et évidemment les entreprises." 

Pour Yannick Jadot, "élargir à l'ensemble des acteurs politiques et sociaux les décisions à prendre c'est les rendre plus acceptables et c'est d'une certaine façon améliorer le respect de la règle commune".  

Darmanin "passe de la lutte contre l'islamisme radical à la stigmatisation des musulmans" 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, avec ses propos sur les rayons confessionnels dans les supermarchés, "passe la frontière qu'il ne fallait absolument pas dépasser", estime par ailleurs Yannick Jadot. "Le ministre Darmanin a raison sur une partie du renforcement et notre détermination à combattre l'islamisme radical, et d'un seul coup il dérive sur le halal dans les magasins. C'est-à-dire qu'il passe la frontière qu'il ne fallait absolument pas dépasser : c'est celle de la lutte contre l'islamisme radical, à d'un seul coup la stigmatisation des musulmans", poursuit le député européen. 

Yannick Jadot assure pourtant que la première priorité doit être "de combattre l'islamisme radical, sans trembler, avec intransigeance, avec fermeté, sur les financements et les soutiens internationaux, sur la formation des imams, sur le statut des associations. Evidemment sur les réseaux, il nous faut être intransigeants, et équipés juridiquement"

Pour le député européen, la France doit tenir la "promesse républicaine", pour réussir à combattre les "ennemis de la République". "Si on laisse la ghettoïsation dans les quartiers, si on laisse les discriminations économiques, sociales, territoriales, ethniques, religieuses, continuer à s'installer, empirer, toutes les associations islamistes progressent, pullulent, gangrènent ces quartiers."    

Yannick Jadot estime que la lutte contre l'islamisme radical doit servir à protéger les Français de confession ou d'origine musulmane. "Ils en ont marre de Zemmour, ils en marre des islamismes radicaux. Tenons la promesse républicaine, luttons avec fermeté contre l'islamisme radical, évitons les agitations et maintenant mettons un terme définitif à toutes les complaisances qu'il y a pu y avoir dans les mairies avec des associations, ou ce gouvernement, comme les précédents, avec l'Arabie Saoudite", conclut le député européen.  

  • Légende du visuel principal: Yannick Jadot, invité de Questions politiques sur France Inter le 25 octobre 2020. © Radio France / France Inter
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.