Michel Serres, philosophe, est l'invité de « Questions Politiques » ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter), Françoise Fressoz (Le Monde) et Jeff Wittenberg (France Télévisions).

Michel Serres
Michel Serres © AFP / Manuel Cohen

Faute de pouvoir évoquer les élections européennes en ce dimanche de vote, Michel Serres a accepté notre invitation pour évoquer la vie (politique ou non), l'univers... et le reste. Et notamment la violence supposée de notre société actuelle, que ce soit dans le réel ou le virtuel : "localement, il y a de la violence, les attentats, etc.", rappelle le philosophe. "Mais si vous regardez globalement ce qui se passe depuis 10, 20, 100 ans, la violence ne cesse de baisser : que ce soit la violence politique, la guerre, les attentats, les violences individuelles... On est toujours attentif au phénomène factuel, aujourd'hui, l'actu... Mais globalement, ce n'est pas vrai ! C'est presque contre-intuitif, personne ne le croit..."

Des institutions "désadaptées par rapport à l'état du monde"

En revanche, la société est bel et bien en train de changer, selon Michel Serres. "Nous sommes en train de vivre une période exceptionnelle de l'Histoire. On a vécu 70 ans de paix, l'espérance de vie a cru jusqu'à 80 ans, la population paysanne est passée de 75 à 2 %... Par conséquent, toutes les institutions que nous avons créées l'ont été à une époque où le monde n'était pas ce qu'il est devenu." Sont-elles donc obsolètes ? "À peu près toutes le sont. Elles sont désadaptées par rapport à l'état actuel du monde."

Pour lui, le problème vient du fait qu'on n'a pas "réinventé" ces institutions. "Quand on a fait la Révolution de 89, on avait Rousseau derrière. Aujourd'hui, on n'a personne, et c'est la faute à qui ? Aux philosophes. C'est leur rôle de prévoir ou d'inventer une nouvelle forme de gouvernement ou d'institutions, et ils ne l'ont pas fait."

Écologie et économie, réel et virtuel

Plus globalement, le système actuel lui semble désastreux. "L'économie telle que le capitalisme l'a mise en place est catastrophique, au moins du point de vue écologique", explique Michel Serres. "L'économie est en train de détruire la planète. "

Quid du numérique et d'Internet, désormais au cœur de nos vies, au risque de les virtualiser de plus en plus ? Rien de vraiment nouveau, pour l'Académicien. "Quand j'étais petit, ma grand-mère levait déjà les bras au ciel en  disant : ce Michel, il verra jamais le réel, il est tout le temps dans  les bouquins ! C'est vieux..."

Michel Serres rappelle d'ailleurs l'étymologie "délicieuse" du mot "maintenant" : "ça veut dire 'tenant en main'. Quand vous avez le portable à la main, vous avez à la fois toutes les informations possibles, tous les gens accessibles, par conséquent vous tenez en main presque le monde... Je ne connais pas d'empereur dans l'Histoire qui puisse dire la même chose."

Quant aux dérives, comme les agressions sur les réseaux sociaux par exemple, Michel Serres rappelle : "Et l'agression dans les livres ? On a quand même lu Mein Kampf, et il y avait pas mal de livres de ce genre ! Tout canal de communication est possiblement chargé de crime..." Avis aux partisans du "c'était mieux avant"...

Revoir l'intégralité de l'émission en vidéo

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.