L'ancien directeur de campagne de François Fillon est l'invité d'Ali Baddou dans Questions Politiques, en partenariat avec Le Monde et franceinfo.

Patrick Stefanini
Patrick Stefanini © AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Patrick Stefanini, homme de l'ombre,  publie « Déflagration » (aux éditions Robert  Laffont), où il revient sur ses quatre années passées au côté de  François Fillon, candidat LR à la présidentielle.

Il sera interrogé par Ali Baddou entouré de Carine Bécard (France Inter), Françoise Fressoz (Le Monde) et Jeff Wittenberg (France Télévisions).

La semaine politique avec Laurence Peuron : le gravier qui crisse à l'Elysée et les huées contre Emmanuel Macron

Le portrait par Carine Bécard : L'homme des coulisses

Patrick Stefanini, haut fonctionnaire, membre du Conseil d'État est ancien directeur général des services de la région Île-de-France. Très proche d'Alain Juppé au sein du RPR, il est condamné avec lui dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il a été condamné à 10 mois de prison avec sursis pour recel de prise illégale d'intérêt. Patrick Stefanini est un invité « atypique », très connu des journalistes politiques, mais un parfait anonyme – ou presque – auprès du grand public ! Enarque rigoureux et méthodique, il a arpenté les coulisses de nombreuses campagnes électorales. 

La défaite de Fillon en rase campagne : les raisons

Pour Patrick Stefanini, il faut chercher les raisons du côté des  divisions de la droite, du manque de rassemblement vers François Bayrou et surtout du côté de la perte de certains électeurs,  les électeurs populaires et les classes moyennes. 

Les affaires ont servi de détonateur. François Fillon n'a pas prévenu son directeur de campagne : "On a le droit de conserver le secret... à condition que ça serve à quelque chose", estime Patrick Stefanini.  

Fillon a-t-il songé au fond de lui qu’il pouvait l’emporter malgré les "casseroles " ? "Oui il a cru jusqu’au bout qu’il pouvrait gagner en tout cas je l’espère. Car il a pris la décision de se maintenir.  Il y a des raison humaines à cela : il rêve d’être président de la république. Et il considère que Sarkozy n’a pas su ou voulu mettre en œuvre le projet sur lequel il a été élu en 2007.  Cette ambition va le porter  et lui donner le succès  à la primaire".

A l'avenir il faudra construire un projet avec la participation citoyenne

Pour Patrick Stefanini, on ne reviendra pas vers un système où 200 000 militants décident des candidats à la présidentielle. "Le candidat qui gagnera en 2022 sera celui qui aura susciter un phénomène de participation cityoennne autour de son projet. Nos concitoyens n’ont plus envie d’être des spectateurs". 

Fillon en était conscient il avait  associé la société civile.  Pour Patrick Stefanini,  la difficulté ce ne sont pas les constructifs, mais le fait que la politique de Macron va dans le bon sens. Macron met en œuvre une partie des idées de Fillon.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.