Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie et des Finances, est l’invité de « Questions Politiques » ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter), Françoise Fressoz (Le Monde) et Jeff Wittenberg (France Télévisions).

Au lendemain de la 11e journée de mobilisation des "gilets jaunes", et alors que l'une des figures du mouvement, Jérôme Rodrigues, a été blessé à l’œil par un tir de lanceur de balles de défense, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire se montre ferme, expliquant qu'il y a selon lui avant tout "un vrai problème de violences" : "Il y a un déchaînement de violences, à Paris, chez moi à Evreux, où on a vu des gilets jaunes s’attaquer à la mairie, à la police municipale, et moi je veux rendre hommage d’abord aux forces de l’ordre pour la solidité dont elles font preuve semaine après semaine. L’ordre doit être rétabli, et les violences doivent cesser".

Il assure croire que "ces tensions permanentes épuisent les Français", et que le grand débat national qui a été lancé est "la seule sortie possible de cette crise"

"Le plus important c'est que nous revenions autour de la table, au dialogue et au débat". 

Bruno Le Maire certifie qu'il croit sincèrement au succès du grand débat national, et affirme que nous sommes, selon lui, "dans un moment de bascule historique d'un monde à un autre, qui dépasse la France (...) Si nous voulons répondre à ce moment de bascule, c’est par le dialogue, et désormais c’est par le débat, ce n’est plus aujourd’hui dans la rue que se joue la réponse à cette crise". 

Parmi les propositions qui reviennent régulièrement sur la table, un rétablissement de l'ISF, dont le ministre de l'Economie ne veut toujours pas entendre parler : "L’ISF existe depuis des années, il n’a pas permis d’endiguer la pauvreté". "Si nous voulons que les choix qui sont faits soient durables et efficaces, si on veut baisser les impôts - et je le souhaite - il faut baisser la dépense publique. Je suis tout à fait prêt à ce que nous allions plus loin dans la baisse des impôts. Mais dans ce cas il faut aller beaucoup plus loin dans la dépense publique", explique-t-il. 

Il est en revanche plus favorable à une autre solution - mise en avant notamment lors de l'émission de télévision co-présentée par Cyril Hanouna et Marlène Schiappa vendredi : une TVA réduite pour tous les produits de première nécessité : "Qu’il y ait un manque de cohérence sur les taux de TVA c’est absolument évident, je vous donne un exemple très concret : on a abaissé la TVA à 5,5% sur les serviettes hygiéniques parce que c’est un produit de première nécessité. Sur les couches pour bébé on est toujours à 20%. Si on veut mettre de la cohérence, pourquoi pas". Il conditionne toutefois son adhésion à cette idée à "un impératif absolu : que ça profite aux Français". 

Sur la politique globale du gouvernement, Bruno Le Maire affirme que "nous sommes dans la bonne direction" :

Je suis profondément convaincu que la politique que nous menons actuellement commence à donner des résultats. 

Eludant les questions sur l'attitude d'Emmanuel Macron, il évoque l'exercice du pouvoir et se dit favorable au fait "que les Français puissent, dans le courant d’un quinquennat, participer davantage. J’y suis ouvert. Qu’il y ait un référendum d’initiative populaire, j’y suis favorable". Il affirme en revanche que la légitimité du président de la République ne peut pas, selon lui, être contestée, "sauf à contester le principe de la démocratie représentative" : "Mais je ne vois aucune incompatibilité entre préserver la légitimité du Président et en même temps entendre ce cri des Français" pour plus de justice, dit-il.

Il accompagne ces propos d'une annonce en faveur de plus de justice : le gouvernement compte renforcer les règles de domiciliation fiscale pour les entreprises qui créent du profit en France, explique-t-il. "La justice c’est de s’assurer que tous les chefs des grandes entreprises françaises paient bien leurs impôts en France. Quand on est PDG d’une entreprise dont le siège social est en France, on paie ses impôts en France"

Alors qu'il revient du forum économique mondial de Davos, en Suisse, Bruno Le Maire a une vision nouvelle du capitalisme - tout comme l'a défendu le fondateur de ce sommet. "Il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas comprendre que le capitalisme est dans la mauvaise direction et qu’il doit changer de direction et se réinventer, d’abord pour protéger les ressources de la planète. La réponse concrète que nous voulons y apporter c’est la finance verte : s’assurer que les banques et les grandes institutions financières financent les énergies renouvelables". 

"Le capitalisme des inégalités est mort, il ne nous mènera nulle part. Il est injuste moralement et je pense en plus qu’il est inefficace économiquement", affirme Bruno Le Maire.Que faire alors ? "Réinventer le capitalisme, pour qu’il finance des innovations qui préservent la planète et nos ressources naturelles, qui réduit les inégalités salariales dans une même entreprise, qui va chercher l’argent là où il ne devrait pas se trouver" : il assure ainsi que la France, qui tient actuellement la présidence du G7, va militer en faveur d'un impôt sur les sociétés minimal. "Quand on demande à des gens qui ont des revenus modestes de payer la CSG, la CRSG, parfois l'impôt sur le revenu, et qu’on a en face des multinationales qui vont installer leur siège social à l’étranger et rapatrient leurs revenus pour payer le moins d’impôts sur les sociétés possible, c'est inadmissible", dit-il - comme beaucoup de représentants politiques l'ont dit depuis des dizaines d'années, rappellent ses contradicteurs en plateau. 

Selon Bruno Le Maire, l'unité de l'Union européenne est fondamentale, et cela va passer par les élections européennes de mai prochain. "Je souhaite vivement que chacun comprenne que _c’est l’avenir même de la construction européenne, l’avenir des démocraties en Europe, et notre capacité à exister entre les USA et la Chine, qui se joue_. Aucune nation européenne ne s’en sortira seule. Il faut rassembler nos efforts. Une batterie électrique dans une voiture ça coûte entre 5000 et 7000€ euros, soit le tiers du prix d’une voiture. Est-ce qu’on veut que ce soit produit en Chine ?

Sur la question de l'Iran, par exemple, il annonce la création dans les tout prochains jours "_d'_une institution financière européenne indépendante, avec l’Allemagne, la Grande Bretagne et la France, pour pouvoir faire des échanges avec l’Iran même quand les USA ne le veulent pas". Il a également mis en avant la fusion annoncée entre Alstom et Siemens, à laquelle la Commission européenne ne devrait plus imposer d'obstacle, pour permettre la création "d'un champion européen du ferroviaire". 

  • Légende du visuel principal: Bruno Le Maire © Radio France / Anne Audigier
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.