Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, auteur de Et après ? (Fayard), est l’invité de « Questions Politiques » ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Becard (France Inter), Françoise Fressoz (Le Monde) et Nathalie Saint-Cricq (France Télévisions).

Quelles leçons tirer de la crise du coronavirus ? Invité de l'émission Questions Politiques ce dimanche sur France Inter, l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine a avancé plusieurs pistes. Déjà, le terme de "crise" est selon lui hâtif, dans le sens où la pandémie mondiale que nous venons de subir est amenée à se répéter : "Ce n’est pas une crise ce que nous vivons, ça se reproduira. Ce n’est pas une crise dont on va sortir, c’est un phénomène de longue durée", estime-t-il ainsi :

La communauté internationale a-t-elle tiré un enseignement de la pandémie ? Pas vraiment, selon Hubert Védrine : "Le système international chaotique est le même après qu’avant, sauf que ça se voit mieux. C’est un crash test. Je pense que plus personne ne croit encore qu’on est dans une communauté internationale" :

D'où la nécessité d'un retour, selon l'ancien ministre des Affaires étrangères, sur la façon dont les différents acteurs se sont comportés face au virus et à l'urgence sanitaire : "Il faudra une évaluation systématique de la politique de tous les gouvernements. Ceux qui avaient bien prévu ou pas, anticipé ou pas, le confinement, comment, quand, le déconfinement, les vaccins s’il y en a..." :

Hubert Védrine est également revenu sur le concept d' "écologisation", qu'il évoque dans son ouvrage "Et après ?". Autrement dit, des actions environnementales inscrites dans le temps, sur la durée : "On ne va pas l’imposer, déjà qu’on a du mal à imposer quelques mesures de bon sens. Mais on peut créer un mouvement. Je parle d’ 'écologisation' comme on parlait d’industrialisation. C’est un mouvement,  un processus", estime-t-il :  

"Je pense que la COP en Chine pourrait être le moment où il y aurait une pression mondiale plus forte. Il faut que la Chine en profite pour corriger ce qu’il y a d’obscur dans son comportement (…) Il peut y avoir des COP décisives", a également jugé Hubert Védrine : 

D'autant qu'il y aurait "un fil à tirer", estime l'ancien ministre, qui découlerait de la nécessité de notre survie à tous : "Peut-être le seul domaine un jour où l’humanité trouvera une sorte d’unité, c’est dans l’idée de la survie collective (…) Je n’exclus pas qu’il y ait des cheminements vrais, qui fassent bouger même l’Amérique de Trump."

  • Légende du visuel principal: Hubert Védrine © AFP / Evgeny Sinitsyn / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.