Eric Ciotti, député LR, président du département des Alpes-Maritimes et porte-parole de Nicolas Sarkozy a répondu aux questions de Nicolas Demorand.

Eric Ciotti
Eric Ciotti © Maxppp / Vincent Isore

Porte-parole de Nicolas Sarkozy pour la campagne de la droite et du centre, Eric Ciotti répond ce dimanche aux questions de Nicolas Demorand en compagne de Carine Bécard, journaliste politique à France Inter, Françoise Fressoz, du Monde et Nathalie Saint-Cricq de France Télévisions.

►►► REVOIR | Première partie de Questions Politiques avec Eric Ciotti

"Je ne sens pas, dans la rue, l'adhésion à Alain Juppé"

Interrogé sur le retard qu'a pris Nicolas Sarkozy pendant la campagne de la primaire de la droite et du centre, son porte-parole a tenu à la fois à rassurer les partisans de l'ancien président de la République affirmant que rien n'est joué, mais aussi à fustiger les sondages qui donnent Alain Juppé en tête. Une adhésion qu'il ne rencontre pas "dans la rue".

Pour redorer l'image de Nicolas Sarkozy, et tenter de réduire son retard face à Alain Juppé, le député LR souhaite que l'on réoriente la campagne sur les idées. Une campagne, qui, d'après Eric Ciotti, va tourner autour de trois grandes thématiques : la liberté, y compris la liberté économique, l'autorité et l'identité.

Eric Ciotti a toutefois montré des craintes quand à l'intérêt massif de cette campagne pour les électeurs de gauche. Pour le fidèle de Nicolas Sarkozy, une forte participation de ces électeurs serait "une forme de hold-up démocratique".

►►► LIRE PLUS | "Pour gagner, il faut qu'un électorat populaire aille voter"

Bayrou a "trahi à peu près tout le monde"

Nicolas Sarkozy a tenu à "mettre en garde" Alain Juppé du soutien du centriste François Bayrou, suscitant sur Facebook une réponse au vitriol de ce dernier. Eric Ciotti va plus loin, rappelant que Simone Veil elle-même le qualifie de "traître" et en rajoute une couche : "François Bayrou a trahi à peu près tout le monde".

"Ce qui est dangereux, c'est qu'Alain Juppé va être tenu par cette alliance avec François Bayrou. Qu'est-ce qu'il y a derrière ? Un groupe parlementaire de 150 députés donnés à François Bayrou. Quels députés ? Des députés moDem ? A la place de qui ?"

"J'ai du respect pour François Fillon" a rappelé Eric Ciotti, interrogé sur son choix de soutenir Nicolas Sarkozy. "Pour être chef de l'État, il faut avoir des idées, il faut avoir un projet", mais "il faut aussi avoir un souffle" précise-t-il. Un souffle qui manque peut-être à François Fillon.

Une forme obligatoire de service militaire ?

Eric Ciotti a souri après une question d'un auditeur à propos du service militaire auquel il avait échappé : "ceux qui me reprochaient de ne pas l'avoir fait étaient ceux qui, idéologiquement, y étaient le plus opposés". Plus sérieux, le député LR a estimé qu'il était nécessaire de remettre en place une certaine forme, obligatoire, de service militare pour accompagner les jeunes français.

"Il faut que le renseignement territorial soit inséré dans la DGSI"

Eric Ciotti, enfin, a défendu la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy. Tout comme Claude Guéant sur notre antenne ce jeudi, le porte-parole de l'ancien président a rappelé la situation économique de 2008, cause, d'après eux, de la baisse d'effectifs. Mais le député LR a été plus loin en saluant le tournant stratégique de renforcer la DGSI. Un renfort qui n'a pas été remis en cause par François Hollande et son gouvernement, rajoute-t-il.

►►► REVOIR | Eric Ciotti face aux auditeurs et internautes

La crise à iTÉLÉ, symptôme plus grand de l’emprise des investisseurs sur les médias

Alexandra Ackoun, journaliste à France Inter, suit depuis son début le mouvement social qui oppose les journalistes d’iTÉLÉ à la direction de Canal. Elle interroge notre invité, Eric Ciotti : à l'heure où de plus en plus de médias sont aux mains d'industriels, une entreprise de presse est-elle une entreprise comme les autres et un grand patron peut-il tout se permettre ?

►►► ALLER PLUS LOIN | [La crise continue à iTÉLÉ](http:// https://www.franceinter.fr/emissions/regard-sur-les-medias/regard-sur-les-medias-29-octobre-2016)

Et si les élections étaient piratées ?

Martin Untersinger, journaliste à la rubrique Pixels du monde.fr est revenu avec Eric Ciotti sur la question de la sécurité des partis, après que le Parti socialiste a été épinglé par la CNIL pour de graves failles de sécurité. Et si les élections, que ce soient les primaires, voire l'élection présidentielle, étaient compromises par des cyber-attaques ?

Eric Ciotti : cap sur le ministère de l’Intérieur ?

Eric Ciotti, dont le parcours politique est entremêlé à celui de Christian Estrosi, a montré à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy, qu’il était prêt à continuer sans son mentor, alors maire de Nice. Son objectif : place Beauvau. Réécoutez son portrait par Carine Bécard.

La semaine politique de Laurence Peuron

Une semaine encore douloureuse pour l’exécutif, entre le livre de confessions du Président qui ne passe toujours pas auprès des socialistes, les rumeurs de pu-putsch pour la candidature à la primaire et les recadrages au gouvernement. Un petit air de quinquennat à bout de souffle. Laurence Peuron nous retrace d’ailleurs l’actualité politique comme un film de Godard.

Quel impact politique du traitement de l’insécurité dans les médias ?

Le député Eric Ciotti s’est fait une spécialité de l’insécurité. Un thème trop lourdement traité en 2002 par les médias qui aurait conduit au succès électoral de Jean-Marie Le Pen ? Selon Isabelle Veyrat-Masson, ses effets ne datent pas d’hier.

Les invités

Programmation musicale

  • RADIO ELVIS

    "LES MOISSONS" INSTRU

L'équipe

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.