Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front National et député Européen était l’invité de Radio France Politique.

"Je suis un homme libre qui ne se laisse imposer aucune contrainte d'aucune sorte !". Jean-Marie Le Pen a justifié la lecture qu'il avait faite, le week-end dernier à Lille, d'un poème de Robert Brasillach fusillé à la Libération pour collaboration avec l'occupant nazi.

Interrogé sur la répression menée en Syrie par le régime du président Al-Assad, Jean-Marie Pen s'est refusé à toute condamnation opérant une étonnante comparaison entre les bombardements sur Homs, et ceux sur Hiroshima derant la deuxième guerre mondiale.

Concernant la Libye, Jean-Marie Le Pen " regrette la paix qui régnait" avant la chute

du colonel Kadhafi.

Jean-Marie Le Pen avec L
Jean-Marie Le Pen avec L © Radio France

Il répondait aux questions de Jean-François Achilli de France Inter, Marie-Eve Malouines de France Info, Hubert Huertas de France Culture et Benoît Bouscarel du Mouv'.

Et Andrée Brunetti de France Bleu Vaucluse.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.