Jean Ferrat : "Comme il fallait que je fasse quelque chose, j'ai fait n'importe quoi"
Jean Ferrat : "Comme il fallait que je fasse quelque chose, j'ai fait n'importe quoi" © MaxPPP
Jean Ferrat
Jean Ferrat © MaxPPP
**Jean Ferrat "fera" trois fois _Radioscopie_ , en 1969, 1972 et 1981.Celle-ci est la première, datée du 6 mai 1969.** Ferrat évoque notamment sa "reconnaissance tardive". De ses premières prestations, dans les cabarets parisiens, à partir de 1954, de la difficulté à "placer" ses chansons comme auteur-compositeur à ses premiers enregistrements, en 1961.En 1969, Jean Ferrat chante _**Ma France**_ , chanson phare de l'album éponyme, sur lequel on trouve l'unique duo enregistré de sa carrière, avec sa femme**Christine Sèvres** : _**La Matinée**_ (paroles d’Henri Gougaud, musique de Jean Ferrat).
### Jean Ferrat et la censure En 1963, il évoque la déportation à une époque où la diplomatie préfère occulter ce passé récent, la France et l'Allemagne étant alors en pleine phase de réconciliation. La diffusion de sa chanson_**Nuit et Brouillard**_ est "déconseillé" par le directeur de l'**ORTF** , mais le public suit, et l'album _**Nuit et Brouillard**_ obtient le prix de l'Académie Charles-Cros.À la sortie en 1965 de l'album _**Potemkine**_ , les problèmes de censure recommencent de plus belle. Georges Coulonges, le parolier de la chanson-titre a pourtant pris des gants, il écrit "_M'en voudrez vous beaucoup…_ ». Dans son autobiographie, il explique "_Pourquoi demander au public s'il m'en voudrait d'écrire ma chanson ? On l'a compris : ce n'était pas à lui que la question était posée. C'était aux antennes vigilantes de la radio, de la télévision gaullienne. J'avais des raisons de me méfier d'elles_ ".
En 1966, il est interdit de petit écran, sous le prétexte de sa candidature sur la liste PCF aux élections municipales d'Antraigues, le village ardéchois ou il s'est installé.Après un voyage à Cuba qui le marque profondément et d'où il rapporte tout un album et ses célèbres moustaches, c'est Mai 68 et ses "événements" qu'il vit intensément. Jean Ferrat retourne à sa passion pour la poésie ; il met en musique**Louis Aragon** . Ses déboires se poursuivent avec la sortie de l'album _**Ma France**_ , dont la chanson éponyme sera interdite d'antenne, provoquant son boycott des plateaux de télévision. Le 16 mars 1969, Jean-Pierre Chabrol l'invite dans son émission télévisée _**L'Invité du Dimanche**_ , avec Georges Brassens et Jacques Brel. En plein débat d'idées, le chef de plateau arrive avec une ardoise où il est écrit à la craie : "_Ordre de la direction, que Jean Ferrat chante, mais qu'il ne parle plus_ ". Un tollé général s'ensuit et toute l'équipe est renvoyée. Jean Ferrat ne fera plus de télévision pendant près de trois ans à la suite de cet événement.
**►►► POUR ALLER + LOIN** [> La France en tandem](http://www.franceinter.fr/emission-la-france-en-tandem-jean-ferrat) [> L'actu dans le rétro](http://www.franceinter.fr/emission-lactu-dans-le-retro-ariane-ascaride-et-la-disparition-de-jean-ferrat)
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.