Michel Audiard avec Jean Carmet et Paul Guimard
Michel Audiard avec Jean Carmet et Paul Guimard © Radio France

Le 9 décembre 1968, Jacques Chancel reçoit Michel Audiard.

S'inspirant de la gouaille du peuple parisien, les dialogues de Michel Audiard constituent l'un des meilleurs témoignages de l'irrévérence détachée, propre aux années 1960.En ce mois de décembre 1968, ce n'est pas le dialoguiste, ni le scénariste, mais le réalisateur qu'accueille Jacques Chancel. Depuis deux ans, il a entamé une carrière de réalisateur et tourne des films dont les titres sont parmi les plus longs du cinéma français : (Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause ! ou encore Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ).

J'ai fait 78 films en tant que dialoguiste, quand j'en aurai fait autant comme metteur en scène, si là je ne réussis pas c'est que je n'étais pas fait pour ça

Après huit films et un documentaire, dont les succès ne sont pas à la hauteur de ses espérances, Michel Audiard reviendra à sa véritable vocation.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.